Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

J'espère que vous aurez la force, de visionner, évidés de tous obstacles "la prophétie des Andes", une dernière fois ci-dessous. (synchro.= article n°1333)

Publié le par Nocif

aaaaaa--5-.jpg

 

La vie est de même nature  qu'un rêve... on s'y éveille chaque jour, parce que notre point d'assemblage "lié, emprisonné" par ceux qui exercent certains pouvoirs, nous y force, parce que le matérialisme nous y emprisonne jusqu'à la fin de notre existence de damné (nous sommes des consommés).

La synchronicité (que vous réaliserez un jour à chaque instant) nous dévoile et nous libère, nous révèle petit à petit ce qu'est le sens de notre vie et la vraie nature de notre rêve ici bas.

Le hasard "est un mot" fabriqué pour les esclaves, imbéciles heureux, ce mot est destiné  à couper l'homme de la réalité du rêve que nous appelons vie.

 

La science est devenue l' anti-christ... l'électronique par exemple: gsm, ordi, etc, sont des chaînes destinées à nous séparer de la vraie vie.

Beaucoup n'y voient plus que le feu, sont devenus des gestionnaires automates de leur propre vie, sont auto-contrôlés par leurs archétypes profonds, formés dans de grandes écoles de programmation des humains.

 

Nous vivons dans un univers  que j'ai par évidence nommé "l'esprit-monde" et devons nous y connecté pour découvrir notre réalité en lui. C'est le sens originel de nos vie, de toutes les vies.

Beaucoup on peur de perdre un peu de matériel, d'être dépossédé de ce qui semble les protéger... alors que cela est inéluctable, un passage obligé de notre trans-évolution, et ils tirent comme des enragés sur la couverture, découvrant les autres y compris leurs insoupçonnées descendances.

Les média amplifient tout cela, participant comme appendice à ce pouvoir diabolique (de destruction des équilibres sains).

 

Si nous laissons faire... ils nous fabriquerons demain une prison définitive, mondiale, (dans le moindre recoin) et exploiteront, à souhait, comme une "vulgaire énergie" , matière première, l'homme pour assouvir "leurs bas instincts diaboliques de jouissances" qu'ils osent encore nommer "ainsi-dieu-se-ment" progrès!

 

Une dernière fois: link


 

Nocif

Voir les commentaires

Ceux qui nous veulent tant de bien.

Publié le par Nocif

 

Voir les commentaires

Que le système soit hypocrite et ravageur... l'évidence!

Publié le par Nocif

aaaaaa--5-.jpg

 

 

Toutes les structures sociales pseudo progressistes et surtout modernistes, alors que le seul vrai progrès  devrait être que le mot "paix", se nourrissent de la faiblesse, de la naïveté, l'orgueil imbécile, et de l'exploitation des peuples (tous sans exceptions).

 

Quand ces structures ne seront plus supportables, ils noieront le poisson et transféreront les responsabilités pour prendre la fuite. C'est un peuple errant... de fantômes prédateurs qui se faufilent dans la nuit des temps,  colportant des histoires infernales et sans cesse.

 

A part aider les gens qui nous sont les plus proches, et demandeurs, nous (les gentils) ne pouvons dans l'isolement indispensable à l'équité intérieure (la recherche intérieure), aller contre... Bien trop furieux tout cela!..

 

Conclusion: essayer de ne pas tomber devant les pièges, et tirer son épingle du jeu avec la joie de voir au moins les réalités de "la vie".

C'est aussi pour cela qu'ils attaquent (à force de leurs lois) de toutes parts ceux qui tentent de recentrer la morale de vie des êtres... là est le combat éprouvant contre le mal barbare (déséquilibre).

 

 
 

  Pardonne nous du mal et ne nos inducas in tentationem...

 

l'homme se distingue de l'animal pour avoir développé le bien et le mal, le résultat d'une prétendue conne-aissance, d'une prétendue con-science.

 

Le mal gagne toujours, dans un premier temps, mais comme il détruit les équilibres, la nature ou D.ieu (un beau mot dans l'esprit de l'homme)  reprend toujours!.. tôt ou tard,...ses droits.
Nous sommes d'ailleurs en train d'assister aux derniers soubresauts d'un mal, qui tente de se perpé-tuer à travers ses avatars et mensonges sans  fin et devenus ingérable, signe de la folie et de dégénérescence...

 

Il suffit de regarder, de voir, de prendre le meilleurs, sans être obligatoirement partisan et d'éviter toute cette tumulte qui engloutira de toutes façons jusqu'aux simples curieux, en sautant sur les bons rochers pour accéder à l'autre rive de paix.

 

 

 

  Je vous invite vraiment à voir cet excellent film reprit du livre, téléchargeable, ou en dvd, qui vous fera comprendre le véritable fond du problème ou ce que nous avons perdu. Vous comprendrez aussi comment se manifestent les signes et la synchronicité de l'existence à chaque instant autour de nous (certaines séquences en espagnol n'y sont pas traduites, et c'est fort bien!). : "La prophésie des andes"

 

 

Vous pouvez également le voir complètement sur ce site. Soyez concentrés, évidés de tous bruits intérieurs et attentif au moindre détail: link 

 

Un autre excellent lien sur le sujet: link

 

Nocif

Voir les commentaires

T'as trouvé du neuf a part quelques gadgets, toi?..

Publié le par Nocif

"Il est aussi dans l'intérêt d'un tyran de garder son peuple pauvre, pour qu'il ne puisse pas se protéger par les armes, et qu'il soit si occuppé à ses tâches quotidiennes qu'il n'aie pas le temps pour la rebellion."

Aristote (384-322 A. J.-C.) , extrait de Aristote sur la Politique - traduction de J. Sinclair, publié en 1962







"Pour mettre en place un gouvernement mondial, il est nécéssaire de retirer des esprits leur individualisme, leur loyalité aux traditions familiales, leur patriotisme national, et leurs dogmes religieux."

George Brock Chisholm (1896-1971), ex-directeur de l'Organisation Mondiale de la Santé

Voir les commentaires

La presse à opinions publiques (ce n'est pas une machine à faire de la potée, mais pas loin.)...

Publié le par Nocif

aaaaaa--5-.jpg

 

... est économiquement  contre l'analphabétisme libéré.

D'où l'avènement de la branlette quotidienne sur chaque page.

 

Nocif

Voir les commentaires

Le but de la science du gouvernement (extrait court qui en dit long)

Publié le par Nocif

[...] La science du gouvernement se propose, ou doit se proposer pour but le bonheur des hommes réunis en société. Elle cherche les moyens de leur assurer la plus haute félicité qui soit compatible avec leur nature ; elle cherche en même temps ceux de faire participer le plus grand nombre possible d'individus à cette félicité.

Dans aucune des sciences politiques on ne doit perdre de vue ce double but des efforts du législateur : il doit soigner tout ensemble le degré de bonheur que l'homme peut atteindre par l'organisation sociale et la participation équitable de tous à ce bonheur. Il n'a point accompli sa tâche si, pour assurer des jouissances égales à tous, il rend impossible le développement complet de quelques individus distingués, s'il ne permet à aucun de s'élever au-dessus de ses semblables, s'il n'en présente aucun comme modèle à l'espèce humaine, et comme guide dans les découvertes qui tourneront à l'avantage de tous. Il ne l'a pas accomplie avantage si, n'ayant pour but que la formation de ces êtres privilégiés, il en élève un petit nombre au-dessus de leurs concitoyens, au prix des souffrances et de la dégradation de tous les autres. [...]

Haute politique et économie politique. La science du gouvernement se divise en deux grandes branches, d'après les moyens qu'elle emploie pour atteindre la félicité générale qui est son but. L'homme est un être mixte qui éprouve des besoins moraux et physiques, et son bonheur se compose aussi de conditions physiques et morales. Le bonheur moral de l'homme, autant qu'il peut être l'ouvrage de son gouvernement, est intimement lié avec son perfectionnement, et il est le but de la haute politique qui doit étendre sur toutes les classes de la nation l'heureuse influence de la liberté, des lumières, des vertus et des espérances. [...]

Le bien-être physique de l'homme, autant qu'il peut être l'ouvrage de son gouvernement, est l'objet de l'économie politique. Tous les besoins physiques de l'homme, pour lesquels il dépend de ses semblables, sont satisfaits au moyen de la richesse. C'est elle qui commande le travail, qui achète les soins, qui procure tout ce que l'homme a accumulé pour son usage et pour ses plaisirs. Par elle la santé est conservée, la vie est soutenue, l'enfance et la vieillesse sont pourvues du nécessaire ; la nourriture, le vêtement et le logement sont mis à la portée de tous les hommes. La richesse peut donc être considérée comme représentant tout ce que les hommes peuvent faire pour le bien-être physique les uns des autres ; et la science qui enseigne au gouvernement le vrai système d'administration de la richesse nationale est par là même une branche importante de la science du bonheur national.

Le gouvernement est institué pour l'avantage de tous les hommes qui lui sont soumis ; il doit donc avoir sans cesse en contemplation l'avantage de tous. De même que par la haute politique il doit étendre sur tous les citoyens les bienfaits de la liberté, des vertus et des lumières, il doit aussi, par l'économie politique, soigner pour tous, les avantages de la fortune nationale ; il doit chercher l'ordre qui assurera au pauvre comme au riche une participation à l'aisance, aux douceurs, au repos de la vie ; l'ordre qui ne laissera dans la nation personne en souffrance, personne dans l'inquiétude sur son lendemain, personne dans l'impossibilité de se procurer par son travail la nourriture, le vêtement, le logement, qui sont nécessaires à lui et à sa famille, pour que la vie soit une jouissance et non un fardeau.

L'accumulation des richesses dans l'Etat n'est point, d'une manière abstraite, le but du gouvernement, mais bien la participation de tous les citoyens aux jouissances de la vie physique, que la richesse représente.  [...] Ce n'est point d'une manière absolue que la richesse et la population sont les signes de la prospérité des Etats ; c'est seulement dans leurs rapports l'une avec l'autre. La richesse est un bien lorsqu'elle répand l'aisance dans toutes les classes ; la population est un avantage lorsque chaque homme est sûr de trouver par le travail une honnête existence. [...]

J.-C.-L. Simonde de Sismondi (1773-1842), Nouveaux principes d'économie politique ou De la richesse dans ses rapports avec la population

Voir les commentaires

Les craintes mêlées de manque d'amour profond (les média induisent aussi ce mal))

Publié le par Nocif

sont  à l'origine de toutes  formes de violence.

 

Nocif

Voir les commentaires

Avenir.

Publié le par Nocif

« La meilleure manière de prédire ton avenir

   C’est encore de le créer »

 

Mme Irma-voyante (dans un accès de sincérité)

Voir les commentaires

Y a du travail.

Publié le par Nocif

Si tu peux voir détruit l'ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre d'un seul coup le gain de cent parties
        Sans un geste et sans un soupir ;
Si tu peux être amant sans être fou d'amour,
Si tu peux être fort sans cesser d'être tendre
Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
        Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d'entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles
        Sans mentir toi-même d'un seul mot ;
Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère
        Sans qu'aucun d'eux soit tout pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaître
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur ;
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
        Penser, sans n'être qu'un penseur ;
Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage
        Sans être moral ni pédant ;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d'un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
        Quand tous les autres les perdront,
Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis
Et, ce qui est mieux que les Rois et la Gloire,
        Tu seras un homme, mon fils.

Rudyard Kipling (1865-1936)

Voir les commentaires

Le rêve alimentaire. Matrix, n'est plus si loin.

Publié le par Nocif

 

"La vraie révolution, c'est de s'arrêter enfin, c'est de refuser le malin, "y compris l'alimentaire", dans sa propre vie et celles de ceux que l'on aime... et de proche en proche, les choses changeront... découvrant de plus en plus l'ivraie à détruire."

 

Nocif

 

P.S.: Les étatzunis sont en train de pondre des lois interdisants la culture de potager particulier.

 

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 > >>