Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Extrait de "le Livre de Vie de l'Agneau". (s'y trouve des révélations)

Publié le par Nocif

La transformation des nations
(15) Les hommes doivent veiller à s’élever par l’esprit pour ne pas dégénérer et faire disparaître l’humanité. Mais, comment vivaient-ils au début de leur existence ? Lorsqu’ils apparurent dans la pureté des commencements, on conçoit aisément qu’ils étaient purs eux-mêmes et semblables à des enfants jouant dans le jardin. Leur cœur était forcément bon, leur esprit n’était pas encore corrompu. Ils n’étaient pas belliqueux et ne se faisaient point la guerre, surtout qu’ils évoluaient dans de grands espaces où abondaient les animaux. Peu nombreux encore, ils s’associaient pour se procurer leur subsistance et faire face à l’adversité. Mais, féconds, ils augmentèrent rapidement leur nombre, car le besoin de la présence humaine se faisait fortement sentir en ces temps-là.
(16) Comme les oiseaux surent toujours faire leur nid, les hommes, qui sont au-dessus de tous les êtres, surent bâtir leur maison depuis qu’ils vinrent au monde. Il n’y a jamais eu pour cela d’hommes des cavernes, comme les anthropologues l’affirment, mais seulement des cavernes et des grottes se trouvant sur l’itinéraire de groupes humains qui se déplaçaient et qui les empruntaient, lors d’une chasse par exemple. Par mauvais temps, les gens de ces tribus primitives se plaisaient à dessiner les animaux sur les parois de la grotte qui les abritait, pour laisser une trace durable de leur passage, comme se complaisent toujours à le faire les navigateurs qui peignent joliment leur embarcation sur les murs de certains ports où ils font étape ou dans lesquels ils s’abritent durant un moment.
(17) Anciennes ou récentes, ces peintures murales ont toutes pour but de témoigner d’un passage et de rivaliser d’esthétique avec celles qui les ont précédées. C’est pourquoi, quand les premiers hommes s’abritaient dans une grotte, ils se sentaient obligés de dessiner des animaux, pour montrer leur talent, mais aussi pour se prouver à eux-mêmes qu’ils étaient au-dessus de tout et notamment des bêtes dont ils se nourrissaient. Depuis toujours on connaît l’homme à ses œuvres. Et c’est en raison de cette évidence, que nous imaginons fort bien les hommes originels s’appliquer à peindre, avec leurs épouses et leurs enfants, ces magnifiques figures rupestres que nous pouvons encore contempler de nos jours.
(18) Ce besoin, pour l’homme, de témoigner de sa propre existence, est aussi l’origine des dolmens, des pyramides et autres constructions symboliques, car ces ouvrages sont des traces voulues par ceux qui désiraient ardemment laisser une empreinte indélébile de leur présence sur terre.
(19) On comprend également que les hommes originels vivaient en familles, en tribus et en peuples délimités par leur langage qu’ils ne cessaient de développer. Dans leur pays respectif, tous se comprenaient. Pendant les premiers millénaires qui furent nécessaires à leur formation, ils vivaient dans l’Eden. Aussi chaque peuple, sur son continent ou sur son île, évoluait dans la sérénité et en harmonie avec les éléments. Il n’y avait pas de misère ni de souffrance, la maladie n’existait quasiment pas. La servitude était inconnue, car Caïn ne s’était pas encore levé et Abel dormait tranquillement. Toute la Terre était magnifique et couverte de verdure et d’animaux que Dieu avait créés. Il n’y avait encore que peu d’hommes, et tous vivaient dans
337
L’évolution de l’humanité
l’abondance et la pureté des sources originelles. Ils ne prenaient que ce qui leur suffisait. Les rires dominaient sur les larmes.
(20) En ces débuts enchanteurs de l’humanité, les hommes et les femmes trouvaient naturellement leur place et leur rôle au sein de leur famille et de leur tribu. Sachant que leurs mains ne pouvaient tisser les mêmes fils, l’homme ne cherchait pas à rivaliser de féminité avec la femme, et la femme ne voulait point remplacer l’homme ni rivaliser avec lui. Non, ce n’était point encore la confusion des genres, car Adam et Eve savaient que leurs différences étaient la source de leur amour duquel ils puisaient leur force et leur joie. Ils tiraient ainsi grand plaisir de leur mariage et de la beauté du monde. Tout ce qu’ils faisaient allait de soi. Se corrigeant en fonction de leurs expériences, ils progressaient rapidement dans le savoir-faire. Il en fut ainsi durant les premiers millénaires. Puis Caïn se leva et, après avoir tué Abel, il bâtit la ville avec ses fils. Ce fut alors le commencement du malheur qui conduisit le monde à sa ruine.
(21) Il faut savoir qu’une nation ne s’entend faite qu’avec le pays et le peuple auquel ce pays donne naissance. Autrefois, la nation n’était nullement composée de vastes groupes humains et étrangers qui résidaient dans une même région. Non, elle n’était pas encore une communauté humaine composée d’hommes venus de tous les pays, comme le sont les nations de cette fin de siècle. Elle était faite par un peuple composé de tribus originaires des lieux et parlant la même langue. Il n’y avait point de chefs autoritaires dans les commencements du monde, ce qui signifie aussi point de subordonnés. Tous étaient semblables et formaient ensemble leurs projets. Personne n’était esclave ni aux ordres de quiconque. Ils étaient tous libres comme les oiseaux. Les différences étant appréciées, la fraternité allait de soi.
(22) Les hommes des origines étaient forcément simples, purs, chaleureux et fraternels. Et leur nation, aux contours définis par la langue du peuple, était à leur image. Elle était fort différente encore de ces nations du soir du monde, de ces domaines délimités par des frontières factices à l’intérieur desquelles on assiste au massacre des habitants ! Ce ne sont pas des nations, ce sont des entreprises de destructions nées des ténèbres et des habitudes de guerre, car on y défigure les sites : Le pays est pillé, saccagé, dévasté, pollué. On fait également souffrir les bêtes de leur naissance à leur mort, et on trompe, on exploite, on somme, on frappe, et on emprisonne même des jeunes gens, quand on ne torture ou tue les habitants. C’est l’abjection dans ses plus grandes dimensions et d’horribles chemins de souffrance pour les plus faibles, mais les honneurs pour ceux qui les gouvernent...
(23) La puissance des ténèbres est effrayante car, en six mille ans seulement, les harmonieuses tribus de l’Eden en sont arrivées à l’horreur des grandes nations d’aujourd’hui. Cela fut ainsi, parce qu’après avoir rejeté Dieu et sa loi, les hommes se mirent à la recherche d’un modèle de société auquel se référer. Et vous êtes toujours à la recherche de ce modèle ; parce que vous voyez que, quoi que vous fassiez, cela débouche toujours sur l’injustice, la destruction, la guerre et le malheur. En ayant un veau d’or pour Dieu et de méchants fanfarons pour directeurs, il ne peut en être autrement toutefois. Car c’est toujours le règne des malfaiteurs et des calamités qu’ils apportent, en condamnant ainsi les générations futures.
(24) Admettez ce que je vous dis. Car, depuis que Caïn tua Abel, son frère, il n’y a jamais eu d’autres façons de vivre que celle imposée par les incirconcis et le veau
338
L’évolution de l’humanité
d’or qu’ils servent. Et vous êtes depuis toujours conditionnés à vivre ainsi, sans pouvoir envisager un instant de vivre autrement. Convenez-vous cependant que si une manière d’être et de se comporter conduit le monde au désastre, c’est qu’il existe obligatoirement son contraire ? Je dis : puisque les sociétés de ce monde sont des associations de gens sectaires, vaniteux et bornés, qui conduisent inéluctablement le monde à sa fin, c’est qu’il existe une autre façon de vivre qui laisse intacte la Terre et ses habitants. Et c’est vers cette autre façon de vivre que je vous emmène !
(25) Les ténèbres sont aussi source d’angoisse, de crainte, d’inquiétude, car depuis toujours les hommes eurent peur de ceux qui se plaçaient à leur tête par la force, ou qu’ils désignaient eux-mêmes pour régner sur eux. Ils voyaient en effet que les voies dans lesquelles ils les conduisaient aboutissaient toujours à l’injustice, à la misère et à la guerre. C’est pour cela qu’à la suite des premières nations, il n’y eut que guerre sur guerre et temps de préparation de nouvelles guerres, jusqu’à ce jour où des bruits semblables de guerre s’entendent toujours. Et ce sont ces innombrables guerres de conquêtes, de religions et de suprématie qui sont à l’origine des villes fortifiées et du développement des armes.
(26) L’origine de la grande ville et des nations armées, c’est la peur sous toutes ses formes. Et seule la connaissance fera disparaître à jamais cette peur qui a pris plusieurs visages dans les siècles, mais qui n’en reste pas moins la cause de l’entassement croissant des hommes dans les villes où ils dégénèrent rapidement. Cette dégénérescence est indéniable dans toutes les nations ; parce que dans ces derniers instants du monde, partout où l’on porte les yeux, on voit Sodome et Gomorrhe ! La perversion est en effet extrême, aussi bien chez l’homme que chez la femme, et touche la plupart des enfants. Ce malheur ne pouvait être évité toutefois car, abandonner Dieu et sa loi pour servir aveuglément des boucs et leurs lois, c’est évoluer dans le mauvais sens et perdre forcément toute moralité. On devient alors comme des bêtes.
(27) Puisque toutes les sociétés sont bâties à l’image des Romains, on sait alors qu’avec leurs préceptes de traditions et leurs lois, elles ne peuvent plus s’opposer à la croissance monstrueuse des villes. Elles ne peuvent au contraire que l’encourager. Aussi, en poussant l’extension des villes à l’extrême, il apparaît qu’elles finiraient par se rejoindre toutes, en n’en formant plus qu’une seule qui recouvrirait tout le territoire... Déjà, en divers pays, plusieurs grandes villes ont opéré leur jonction, en accroissant encore plus leur monstruosité.
(28) Les champs disparaissant un peu plus chaque jour, en arriverait-on alors à élever les vaches, les brebis, les chevaux et tout le bétail sur des barques attachées le long des côtes ? Leur donnerait-on à manger l’écume des vagues ? Produirait-on du grain, des légumes, des plantes potagères et des fruits sur les cimes des montagnes ? Jusqu’où ce développement forcené des villes et de l’habitat irait-il si rien ne l’interrompait ? L’urbanisme poussé à l’extrême, ainsi que l’intense mécanisation et le profit, pourraient-ils l’empêcher ?
(29) Pour vos dirigeants, la ville qui se développe comme une tumeur n’est pas une monstruosité. Elle est au contraire l’avenir heureux de l’humanité... On voit alors les plaines et les vallées, ainsi que les plus beaux champs que l’on cultive, se couvrir rapidement de ciment, de bitume, de bâtiments, de fer et de machines de fer ! Soyez rassurés cependant, car ni vous ni vos enfants ne verrez d’élevages le long
339
L’évolution de l’humanité
des rivages ni de cultures de blé sur les sommets. Cela n’arrivera pas. Parce que déjà la pollution qui souille tout et détériore le climat, ainsi que l’intense déboisement, la disparition des espèces, l’appauvrissement des ressources minérales, l’épuisante course à l’argent, l’escalade dans l’armement suscitée par la défense des intérêts, et auxquelles choses s’ajoutent la guerre, la misère, la dénaturation, la prolifération des pauvres et la multiplication des maladies foudroyantes et incurables que ces choses amènent, en appellent déjà à l’étang de feu, qui est la seule puissance pouvant mettre un terme à toutes ces calamités.
(30) Parce que l’humanité voulut évoluer seule, sans Dieu, le monde est déjà au bord de cet holocauste annoncé depuis toujours. Et il aura lieu. Vous pouvez alors abandonner vos idéaux et vos projets politiques quels qu’ils soient, parce qu’ils sont en dehors de toute réalité. N’est-il pas en effet utopique de croire que ce monde citadin éloigné de la nature, qui s’enfonce toujours plus vite dans le néant et l’horreur, est un monde qui durera toujours ? Ceux qui vous gouvernent, en aggravant toujours plus les calamités, vous en persuadent cependant. Ils vous entraînent aisément dans leurs voies, parce que l’utopie dans laquelle ils se baignent pour s’en parfumer, est un moyen efficace pour cacher leur odeur et vous faire marcher à leurs côtés. Aussi plus personne ne s’aperçoit que les sombres nuages annonciateurs de cette terrible épreuve sont les conséquences de la transgression de la loi de Dieu, apportée par Moïse.
(31) Ésaïe vous recommande cependant de vous méfier de ceux qui vous gouvernent et vous entraînent dans leurs propres voies. Il dit :
Cessez de vous confier en l’homme, Dans les narines duquel il n’y a qu’un souffle : Car de quelle valeur est-il ?
(32) Pour mesurer leur valeur, examinez un à un ceux qui règnent dans les villes et les nations du soir du monde ; vous ne trouverez en eux que des ossements secs, dépourvus de chair, parce qu’ils sont morts. Placez donc votre salut dans le Fils de l’homme dont la parole est parole de l’Éternel, vous n’en avez point d’autre. Car votre raison de vivre se trouve dans la ville sainte du royaume vers laquelle il vous conduit avec la connaissance, et dans votre âme qui vivra tout au long du chemin de la vie. Veillez alors à écouter celui qui donne ses jours pour montrer la voie du salut, en pensant que si un seul chef de peuple peut aujourd’hui anéantir le monde entier avec les armes dont il dispose, c’est aussi qu’un seul, le Fils de l’homme, le sauvera avec d’autres armes. C’est ici la justice de Dieu.

 

link

Commenter cet article