Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #guerir tag

Oser la vie. (vous noterez en visionnant ce document que tous les américains ne sont pas forcément devenus des imbéciles)

Publié le par Nocif

  "Je ne veux pas lire l'histoire de quelqu'un d'autre, je veux créer ma propre histoire et je veux qu' elle soit la meilleur."

Voir les commentaires

Ce que l'homme avili par un "égrégore" qui est entre autres également "le capitalisme-mondialiste", a perdu de vue. 1/3

Publié le par Nocif

J'ose vous présenter ce long glossaire qui semblera probablement "fasti-dieux?" aux esprits déjà bien bridés qui de peur, trop souvent, ont la critique infinie afin d'en éludé le fond à leur propre sens; pour à vous, amener a comprendre que le capitalisme-mondialiste est également une forme d'égrégore, l'ultime, dont les peuples, les individus sont de plus en plus imprégnés sans plus se rendre véritablement compte de l'avenir qui devrait en découler...

S'en dégager dans un premier temps, consisterait d'abord à en "reprendre" parfaitement conscience intérieurement, de passer ensuite par une purification, puis d'en construire un autre libérateur, à moins qu'il exista déjà, juste là, abandonné de tous...

Le texte ci-dessous, peut aider à se reconstruire avec des bases comportementales plus appropriées, plus solides; il contient  aussi de nombreux concepts philosophiques, des archétypes étonnants, profonds, qui aujourd'hui sont volontairement ignorés ou effacés des consciences dites modernes. 

Vous aurez compris depuis le temps, que je suis attaché à une religion aussi innommée et à jamais, "l'esprit-monde", ce mot plus confortable qui guide mes pas.

 

"la connaissance n' est qu'une infime source lumineuse étoilée dans les brumes, qui aveugle lorsqu'elles se dissipent."

 

"Veuillez remplacer Esseniens par "hommes libres", il ne s'agit que d'un mot... Les mots ne doivent pas vous accrocher comme le feraient les barbelés, mais vous permettre de trouver un passage, le moyen de traverser les apparences!"

 

Nocif

 

 

 

 

Glossaire Essénien

Alliance

Les Esséniens ont scellé une alliance avec le monde divin comme l’ont fait dans le passé Énoch, Pharaon, Abraham, Moïse, Zoroastre, Bouddha, Jésus ou Mani. Cette alliance est universelle et elle est pour le bien de tous. Pour les Esséniens, Dieu est le Bien commun et son alliance est pour le bien de tous. Dans le mot « tous », il faut entendre tous les êtres visibles et invisibles. Ainsi, un Essénien ne prie pas pour le bien d’une religion particulière, d’une race ou d’un règne, mais uniquement pour que la volonté du Père et de la Mère universels advienne.

Les Esséniens sont les gardiens de l’Alliance unique du Dieu unique. Ils étaient les gardiens de cette alliance dans l’Égypte des Pharaons, auprès de Moïse, de Jésus et de tous les grands Fils de Dieu qui sont venus scel- ler l’Alliance du Bien commun universel. Ainsi, un Essénien est un prêtre ou une prêtresse de tous les cultes et de toutes les religions car il n’y a qu’une seule Alliance, qu’une seule religion et qu’un seul Père. C’est aux hommes d’être au service du Père unique et non pas au monde divin d’être au service des hommes et de leur bêtise.

Les Esséniens respectent toutes les religions et toutes les croyances puisqu’elles sont des émanations de l’Enseignement universel, mais par-dessus tout, ils servent la religion universelle du Père et de la Mère. Plus les religions s’éloignent de la source unique, plus elles se densifient, perdent leur pureté, leur âme, leur force.

En septembre 2003, autour du feu de l’Archange Michaël, les Esséniens renouvelaient l’Alliance, non pas selon leur volonté, mais par la volonté supérieure du monde divin. Depuis cette date historique, les quatre grands Archanges de la Tradition essénienne viennent sceller et renouveler cette alliance quatre fois par an, au cours des grandes célébrations qui ont lieu à chaque solstice et équinoxe.

Alliance de Lumière

Il a toujours été question, dans toutes les traditions des peuples, d’une alliance des hommes avec un monde invisible sacré. Les Esséniens dans tous les peuples ont toujours été les fidèles gardiens de cette mystérieuse Alliance divine à travers les siècles. L’arche de Noé est une image parfaite de la signification profonde de l’Alliance de Lumière, car il est dit qu’elle avait pour vocation la sauvegarde de toutes les espèces vivantes sur la terre et dans le ciel. Cela nous parle de la capacité unique qu’a l’homme de s’unir et de communiquer avec tous les règnes visibles et invisibles. Telle est l’Alliance de Lumière.

Cette Alliance est constituée de sept règnes qui sont les sept jours de la Création (la vraie signification du mot « jour » étant « lumière » et non une unité de mesure du temps). Ainsi, ces sept règnes forment les sept lumières de l’univers, les sept couleurs qui unissent le ciel et la terre, les sept vibrations qui forment la gamme musicale, l’harmonie du cosmos. Il y a trois règnes au-dessus de l’homme constituant le royaume invisible du Père : ce sont les Dieux, les Archanges et les Anges, et trois règnes en dessous de l’homme qui constituent le royaume visible de la Mère : ce sont les animaux, les végétaux et les minéraux.

Dans cette structure parfaite de l’univers, l’homme a été placé comme un intermédiaire entre le Père et la Mère, ayant pour tâche sacrée d’unifier tous ces règnes dans une Alliance de Lumière. Ce sont les grands Maîtres esséniens qui sont les représentants du monde divin sur la terre et les garants de l’Alliance de Lu- mière. Ceux qui les accueillent s’appellent les Esséniens et forment la Nation Essénienne.

Âme animatrice

L'âme animatrice correspond à la manifestation du règne végétal dans l’homme, qui est communément appe- lée « corps éthérique » ou « corps de vie ». Ce corps est aussi le siège de la volonté dans l’homme. Il s’enra- cine dans le corps physique comme la plante s’enracine dans la terre et y puise sa vitalité.

Âme-groupe

Tout être vivant -minéral, végétal, animal ou humain - qui n’est pas doué d’une pensée consciente et intel- ligente constitue, avec tous ses semblables, une âme-groupe, un corps et une intelligence collectifs, non individualisés.
La majeure partie des humains font partie d’âmes-groupes totalement inconscientes, entièrement dépen- dantes de l’intelligence collective, de l’égrégore qui les dirige et qu’ils ont engendré. Il y a par exemple l’âme-groupe des catholiques, celle des bouddhistes, celle des communistes, celle des matérialistes, celle
des fans de telle ou telle star mondiale. Tous les êtres qui font partie des ces âmes-groupes ne pensent pas
réellement par eux-mêmes ; ils sont pensés et vécus par des intelligences supérieures dont ils ne soupçonnent même pas l’existence.

Âmes justifiées (ou rachetées)

À l’inverse des âmes-groupe dans lesquelles l’homme perd son individualité et le sens de la responsabilité envers tous les êtres, les âmes justifiées sont les âmes des hommes et femmes qui au cours de leur existence terrestre se sont extraits de la masse inconsciente en s’individualisant à travers une œuvre au service du Bien commun. Ainsi, au moment du passage de la mort, ils ont été trouvés justes devant le monde divin et devant tous les mondes, visibles et invisibles. Les Égyptiens appelaient ces âmes privilégiées, les « justes de voix

» car ils s’étaient attachés tout au long de leur vie terrestre à respecter l’harmonie universelle entre tous les êtres et à ne faire de mal à aucun d’entre eux. Ces âmes, libérées des chaînes du karma et de la fausse desti- née, ont le privilège, après leur mort, de choisir consciemment leur chemin d’évolution : soit se réincarner en tant qu’Esséniens pour venir en aide à l’humanité ou alors, évoluer dans d’autres sphères d’existence, dans le monde de l’immortalité.

Ange

Pour les Esséniens, les Anges sont une réalité supérieure qui guide l’homme dans sa vie et agit sur lui au même titre que la terre qui le nourrit, l’eau, l’air, le feu et la lumière.
La Tradition essénienne a reçu, à travers son Père fondateur Énoch, la connaissance des Anges de Lumière qui sont les vertus, tels l’Amitié, l’Harmonie, la Douceur, la Paix, l’Amour, le Respect... Pour les Esséniens dans tous les peuples, les vertus sont des êtres vivants et intelligents qui veulent conduire l’homme vers l’union avec le Père et la Mère.

Les Anges sont le règne divin se situant entre celui des hommes et celui des Archanges.

Ankh

Le symbole égyptien de la croix de vie est connu sous le nom d’« Ankh » qui n’est autre que l’écriture de la prononciation égyptienne du nom d’Énoch qui signifie « la vie ».

Arcana

« Arcana » vient d’« arcane » qui signifie « secret ».C’est aux Égyptiens que nous devons cette science sacrée et secrète des arcanas ou « postures magiques ». À travers certaines postures du corps, les Égyptiens étaient passés maîtres dans l’art d’incarner physiquement des intelligences supérieures collectives comme celles du faucon, de l’arbre, du crocodile, du nénuphar, de l’abeille, du scarabée. Mais ils ne faisaient pas qu’imiter des animaux ou autres. Non, par ces postures sacrées, ils accomplissaient une puissante magie
à travers laquelle ils se reliaient à des principes supérieurs, des Divinités, et entraient en communication consciente avec eux. Cette science sacrée est de nouveau vivante aujourd’hui à travers l’Ieupaneurythmie, l’art essénien du mouvement.

Archange

Dans l’Alliance de Lumière, les Archanges sont les gardiens de la porte du monde divin et de la mémoire
du peuple des Enfants de la Lumière, activée sur la terre par les Maîtres esséniens. Ils sont les Pères des quatre éléments qui constituent l’univers tout entier, leur intelligence divine, leur quintessence. Ainsi, ils maintiennent à eux seuls la cohésion du cosmos et les grands cycles de la vie qui se manifestent sur la terre à travers les quatre saisons et les quatre éléments :

- L’Archange Michaël est le Père de l’élément Feu. Il est le visage de Dieu à travers l’automne et ses mys- tères sacrés.
- L’Archange Raphaël est le Père de l’élément Air. Il est le visage de Dieu à travers le printemps et ses mys- tères sacrés.
- L’Archange Gabriel est le Père de l’élément Eau. Il est le visage de Dieu à travers l’hiver et ses mystères sacrés.
- L’Archange Ouriel est le Père de l’élément Terre. Il est le visage de Dieu à travers l’été et ses mystères sacrés.
Les Archanges sont le règne divin se situant entre celui des Anges et celui des Dieux. Les Archanges se manifestent dans le règne des hommes comme une intelligence supérieure divine, une sagesse éternelle, des lois immuables.

Aura

Voir « Monde de l’eau ».

Baptême essénien

Les Esséniens dans tous les peuples ont toujours considéré et utilisé l’eau comme le passage inévitable et la porte d’entrée dans le monde sacré. L’homme doit purifier l’eau de sa vie intérieure, ses pensées, ses états d’âme, sa volonté pour que ses actes soient la manifestation de la sagesse et non de l’inconscience et de la bêtise de l’homme ordinaire. C’est pourquoi tout homme qui veut s’engager sur le chemin des Formation Esséniennes doit commencer par recevoir le baptême de Gabriel, l’Archange et le Père de l’élément Eau. Seul un Maître authentique, gardien et représentant de la Tradition de la Lumière,est habilité à transmettre l’initiation du baptême essénien.

L’initiation ancestrale du baptême essénien est de nouveau transmise au sein de la Ronde des Archanges, lors de la célébration de l’Archange Gabriel, à chaque solstice d’hiver. Au cours de cette initiation solen- nelle, le candidat, pieds nus dans un bassin d'eau bénie et consacrée par la présence de l’Archange Gabriel descendu dans le temple au cours de sa célébration, reçoit de cette eau sur la tête des mains du Maître. Alors, son âme est libérée des esprits malades qui cherchent à la maintenir prisonnière du corps et de la mort et elle peut commencer à marcher sur le chemin de la résurrection et de l’immortalité. Mais en réalité, pour tout initié authentique, le baptême essénien est un acte permanent, un auto-éveil et une observation de soi qui permettent d’être toujours conscient des influences à l’œuvre, autour de soi et en soi. C’est une discipline intérieure, un art de vivre dans le respect des lois divines.

Le baptême essénien est une science précise et exacte de la libération de l’âme. Il était pratiqué dans les Mystères égyptiens au temps des Pharaons et des grands Rois de la Lumière. Moïse le reçut en héritage et fut appelé « le sauvé des eaux ». La Vierge Marie fut elle aussi initiée à cette science par des prêtres essé- niens formés dans la lignée de Moïse. Jésus le reçut de Jean le Baptiste dans le Jourdain.

Barque de la Ronde des Archanges (et six flotteurs)

La Ronde des Archanges est une barque ; c’est Manisola, le bateau de Lumière des Cathares. Cette barque a six flotteurs, qui sont les six directions autour de l’homme, car la barque, c’est l’homme, qui est la septième direction, le mystère intérieur. L’homme vogue et porte en lui toute sa famille, c’est-à-dire tous ceux qui ont allumé en eux leur lumière. L’homme porte en lui les quatre Archanges, c’est-à-dire les quatre éléments, les quatre forces qui le structurent, et il a sous ses pieds la Mère et au-dessus de sa tête le Père. Ces six flotteurs représentent donc les quatre Archanges, le Père et la Mère.

Chaque flotteur contient une parole de sagesse. Le premier flotteur, qui est l’École de la Mère, dit : « Clair- voyance qui délivre l’homme de ce qui est sombre » ; le flotteur de Michael dit : « Éther empli de divinité »
; le flotteur de Raphaël : « Respiration pure, vivante, intelligente, non mécanique » ; le flotteur de Gabriel :
« Légèreté des articulations » ; le flotteur d’Ouriel : « Prière pour la fluidité des êtres et des mondes » ; et le flotteur du Père : « Les sept couleurs de la Mère en union avec les sept esprits de vie et les sept corps du Père
».

Le flotteur de Raphaël contient aussi le Cercle d’Entraide des Anges et les Cours par correspondance. Grâce à ce flotteur, qui est représenté symboliquement lors de la cérémonie de la Ronde des Archanges, tous les êtres qui sont en lien avec le Cercle d’Entraide et les Cours par correspondance sont reliés à la Ronde des Archanges et à l’Alliance de Lumière.

Bâtons des Archanges

Les quatre Archanges Michaël, Raphaël, Gabriel et Ouriel sont les Pères de la Nation Essénienne contempo- raine.
Sur la terre, ces quatre Archanges sont représentés et portés (dans chaque Village Essénien) par quatre piliers qui sont des prêtres consacrés au culte et à l'incarnation du monde divin à travers les quatre éléments et les
quatre règnes de Dieu la Mère. Afin d'être protégés et soutenus dans leur fonction sacrée et très difficile à porter au sein du monde actuel, les piliers de la Nation Essénienne ont reçu chacun un bâton magique consa- cré à un grand Maîtrede la Tradition de la Lumière :

- Zoroastre représente l'Archange Michaël et protège le pilier du Feu ;
- Moïse représente l'Archange Raphaël et protège le pilier de l'Air ;
- le Maître Peter Deunov représente l'Archange Gabriel et protège le pilier de l'Eau ;
- le grand Mani représente l'Archange Ouriel et protège le pilier de la Terre de Lumière.
Ainsi, ces bâtons ne sont pas des instruments destinés à une pratique spirituelle personnelle mais ils sont réellement les supports de manifestation et d'action de ces quatre grands Maîtres. Ces Maîtres se sont asso- ciés à la Nation Essénienne dans des mondes plus subtils afin de réaliser l'œuvre de la Lumière sur la terre en soutenant et renforçant ses représentants.

Baume des Archanges

Produit artisanalement par des Esséniens, dans l'atmosphère pure et sacrée de leurs villages, le baume des Archanges est composé à partir des quatre supports physiques dont les Archanges se servent pour nous tou- cher et harmoniser notre partie mortelle avec notre nature immortelle. Ce baumeest sacré pour les Esséniens. Ilest un outil de thérapie fondamental, contenant l’essence divine des quatre éléments.

Une fois concocté, ce baume est donc utilisé pour ses vertus thérapeutiques dans les soins esséniens mais aussi lors de travaux magiques et sacrés. Les vestales et les prêtres esséniens s’en servent notamment tous les jours pour consacrer leur corps dans les temples et augmenter ainsi le rayonnement et l'intensité de leurs bénédictions de Lumière dans toutes les directions du monde. Ilest aussi proposé à tous comme une bénédic- tion en partage. Placé sur le front, dans le creux des mains et des pieds ou sur la nuque, le baume des Ar- changes permet d'augmenter les forces de concentration et d'éveil et d’être préservé des pensées obsédantes et futiles qui pourraient perturber et détourner l'énergie du travail.

Cependant, toutes ces vertus n’enlèvent en rien la nécessité d’être éveillé dans les deux mondes. Un Essé- nien ne se repose jamais sur quoi que ce soit d’extérieur. Il peut toutefois se servir de supports comme le baume des Archanges ou l’huile d’Ouriel pour activer certaines forces à l’intérieur de lui.

Bête

À travers les âges, le terme « la bête » a été employé par les Esséniens, notamment dans l’Apocalypse de saint Jean, pour désigner la force qui sépare les hommes de la Lumière.

Bien commun

Ce terme est écrit avec une majuscule,car pour les Esséniens il représente le Père et la Mère, la manifestation

concrète du monde divin sur la terre. Jésus, le grand Maître essénien, a prononcé cette parole d’une pro- fonde sagesse : « Je ne suis pas bon, Dieu seul est bon. » Il signifiait par là que Dieu seul est le Bien et que le Bien véritable n’appartient qu’à Dieu, que le Bien véritable est un état d’être dans lequel le Père se mani- feste. Aucun homme ne peut être bon ou faire le Bien ; c’est uniquement l’union avec le Père et la Mère qui accomplit et fait apparaître le Bien sans ombre. Ce Bien ne peut être qu’universel et impersonnel. Il découle d’une Intelligence supérieure et non pas d’un concept ou d’une volonté de l’homme. Le bien qui est limité à l’homme peut être le vrai Bien mais il peut aussi être usurpé. Le « Bien commun » est un des Noms sacrés de Dieu qui doit être sanctifié par les prêtres et les vestales de la Nation Essénienne. Les prêtres et les ves- tales esséniens sont au service du Bien commun. C’est pourquoi ils apportent et entretiennent la protection pour tous les règnes de la Mère.

Célébrations

Les célébrations sont les grandes rencontres de la Ronde des Archanges au cours desquelles un temple est consacré à un Archange. Durant les célébrations, les Esséniens suivent les enseignements d’Olivier Mani- tara, sous forme de conférences hebdomadaires, participent à des cérémonies sacrées et méditent dans le temple pour honorer l’Archange. C’est aussi au cours de ces célébrations, qui ont lieu quatre fois par an, aux solstices et aux équinoxes, que s’écrit l’Évangile Essénien.

Christ

Pour la Sagesse essénienne, le Christ n’est pas un Dieu qui serait venu une seule fois sur la terre, il y a
2000 ans, pour finalement l’abandonner à son triste sort. Les Esséniens, de tout temps, ont honoré le Christ comme l’homme de Lumière, l’homme universel pensé et voulu par Dieu à l’origine de la Création. Il est comme l’archétype, l’image originelle que tout homme porte en lui comme la graine d’une rose porte en elle l’image de son futur, si seulement elle trouve la force de sortir des ténèbres souterraines. Ainsi en est-il du Christ en l’homme. Ce que les Esséniens appellent les Maîtres, la Tradition et le règne des Maîtres, ce sont tout simplement des hommes, des femmes qui ont reconnu en eux cette image de l’homme originel et ont décidé de lui donner toutes les bonnes conditions pour qu’elle puisse apparaître et offrir au monde toutes ses vertus bénéfiques. Pour cela, ils se sont associés avec la Mère comme l’intelligence cachée derrière toutes les manifestations de la vie : les pierres, les montagnes, les arbres, les fleurs, les animaux. Alors ensemble, ils ont œuvré pour que puisse vivre de nouveau sur la terre ce Christ, cette Lumière universelle qui bénit tous les êtres et les unifie comme une seule famille, comme les multiples fruits nés de l’alliance du ciel et de la terre, du Père et de la Mère.
Ainsi, ces Maîtres, ces porteurs du Christ ont été sur la terre la porte de Lumière qui révélait aux hommes qu’un autre monde, divin et parfait, existait au-dessus d’eux. Ils ont donné leur vie pour transmettre aux
hommes tous les moyens, les attitudes, les pensées qu’ils devaient cultiver pour traverser la terre et fleurir jusqu’à entrer eux-mêmes dans ce monde des Maîtres que certains ont appelé la Terre de Lumière, Sham- balla ou le jardin d’Éden. Ces Maîtres ont montré aux hommes la perfection qu’ils pouvaient atteindre à condition d’accomplir les commandements du Père et les lois de la Mère. Les lois de la Mère sont celles de la floraison.
S’il veut fleurir, l’homme a besoin d’une terre stable et fertile sous ses pieds. C’est la terre de la Tradition
des Maîtres, l’unique et véritable Terre sainte, qu’on pourrait aussi appeler « la Terre de la conscience ». Ensuite, l’homme doit avoir un ciel dégagé et ouvert vers l’infini au-dessus de sa tête ; c’est le ciel des Anges, empli par la Lumière du Soleil-Vérité : la parole et l’Enseignement du Père révélés par son Fils unique, le Maître incarné, gardien et vivificateur de la Tradition, à travers les siècles et les siècles.
Enfin, il faut l’association et l’action conjointes des quatre éléments et des quatre règnes de la Mère. Cette
association magique ne peut avoir lieu que dans la présence des quatre Archanges de la Ronde des Ar- changes et dans l’alliance avec eux. C’est la vocation des Villages Esséniens que d’offrir toutes ces bonnes conditions pour la floraison de l’âme et l’ennoblissement de l’homme.

Chute

La Bible et tous les textes sacrés de l’humanité nous parlent de la chute comme d’un grand bouleversement universel. En effet, l’humanité perdit le contact et l’Alliance avec le monde divin et l’unité parfaite de la Création. À l’origine, l’humanité vivait dans une conscience universelle, en dehors de toute séparativité. Aucune créature ne pouvait dire « moi ». Tous les êtres formaient un seul être avec les Dieux et tous étaient unis à la Source des sources. Aucun être ne pouvait créer quoi que ce soit par lui-même. Seul Dieu, la Source des sources, le Père-Mère était créateur de mondes et de mondes, dans le grand océan de la vie sans limites. Mais parmi les Dieux, l’un d’entre eux se rebella et voulut être créateur par lui-même, en dehors de la Source et du jardin universel au milieu duquel elle jaillissait, abreuvant tous les êtres de l’amour divin, le nectar des Dieux. Cet être devint le dieu du néant, l’usurpateur ouvrant un abîme sans fin derrière lui. À sa suite, il entraîna toute une partie de l’humanité originelle qui fut séduite par l’idée de devenir des créateurs libres.

Alors, cette partie de l’humanité originelle, appelée « Adam » dans la Bible, tomba prisonnière de l’usurpa- teur et de son royaume de guerre, de souffrance et de désolation. Mais son cri de désespoir s’éleva vers son double originel, resté pur et fidèle aux commandements de la Source. Le feu de l’amour et de la compassion allumé dans le cœur de l’humanité originelle embrasa le jardin d’Éden. C’est alors que l’univers, l’ordre céleste, la voûte étoilée, l’organisme cosmique avec les systèmes solaires furent créés pour permettre à tous les êtres tombés d’avoir un chemin de libération pour retrouver leur patrie originelle.

Quand la terre fut suffisamment organisée et structurée suivant le plan du monde divin, des Hommes-Dieux furent envoyés pour tracer le chemin de la Lumière pour toutes les âmes égarées, à travers les Écoles des Mystères et les Villages Esséniens.

Co-créateur

L’homme est co-créateur avec l’univers. En effet, de même que l’univers qui forme ce que l’on appelle « la Mère » crée sans cesse des mondes et des mondes, de même l’homme est créateur de son monde et de son environnement ; il est donc co-créateur avec l’univers, soit en harmonie avec lui, soit en dysharmonie.

Collier de Gabriel

Dans la Nation Essénienne, l'École de l'Archange Gabriel est représentée, dans chaque Village Essénien,par un cercle de douze porteurs qui représentent sur la terre les douze perles du collier de Gabriel. Ce collier existe bien sûr physiquement ; il est placé devant la statue qui représente l'Archange Gabriel, dans un temple en pleine nature, à côté d'une source sacrée. Mais ce collier n'est que la manifestation visible d'une intel- ligence supérieure, divine. Ces douze perles du collier de Gabriel forment la structure de Lumière du zo- diaque, le schéma divin à travers lequel Dieu créa l'univers, l'homme et la terre. Il s'agit de douze Anges qui sont les douze vertus-mères maintenant l'existencede la Création tout entière. Ces douze vertus sont portées au sein de la Ronde des Archanges par le cercle des douze porteurs du collier de Gabriel. Leur rôle essen- tiel est de maintenir la pureté et l'harmonie de l'atmosphère, du climat social, autrement dit du « ciel » de la Nation Essénienne. Ils sont les garants de la justice et doivent veiller en permanence à ce que les relations des Esséniens entre eux mais aussi avec tous les êtres soient toujours pures et claires. Ils sont des mages et des thérapeutes, des mères qui prennent soin du Divin où qu'il soit et quelle que soit sa forme d'existence.

Corde de la Ronde des Archanges

La corde de la Ronde des Archanges est tenue par les Esséniens porteurs d'Ange lors d'une grande cérémo- nie se déroulant à chaque célébration d'Archange. Elle est un symbole fort de leur unité et de leur union au monde divin, ainsi qu'un élément fondamental de la pratique théurgique essénienne.
Cette cordeest la représentation visible de la grande chaîne magique formée par tous les êtres qui œuvrent pour l’avènement de la Lumière dans tous les mondes. C’est avec cette chaîne de Lumière (voir « Alliance de Lumière ») que l’Archange Michaël terrasse le dragon de la bêtise et rétablit l’équilibre des mondes.

Voir les commentaires

Ce que l'homme avili par un égrégore qui est, entre autres, aussi "le capitalisme-mondialiste", à perdu de vue. 2/3

Publié le par Nocif

 

Corps

Véhicule complexe - visible ou invisible - permettant la manifestation d’une Intelligence.

Cosmos

Étymologiquement, « cosmos » signifie « ordre ».

Cultes du Feu, de l’Air, de l’Eau, de la Terre de Lumière

Cultes sacrés maintenant la présence divine dans chacun des quatre éléments. Ils sont pratiqués quotidien- nement par des prêtres à la quatrième marche,dans des temples consacrés à l'un ou l'autre. Par l’alliance permanente de la Nation Essénienne avec les quatre Archanges, ces cultes ont la capacité d’agir dans tous les mondes, sur l’humanité tout entière pour nourrir et faire grandir le Feu divin, l’Air divin, l’Eau divine et la Terre de Lumière dans tous les êtres.

Dévoreuse

Synonyme de « serpent tentateur ». Il est nommé ainsi en référence à sa représentation sur les papyrus égyp- tiens du Livre de la Pleine Lumière du Jour, généralement connu sous le nom de Livre des morts.

Dieux

Règne supérieur à celui des Archanges. Souvent mentionné comme le règne précédant le mystère du Père.

Écoles des Mystères / Écoles de Dieu

Ensemble des élèves étudiant l’enseignement de la Tradition essénienne transmise par un Maître.

Écoles des Mystères / Écoles de Dieu

Alors que l’humanité avait chuté du monde divin, de la conscience universelle, certains êtres humains ont commencé à se poser les grandes questions sur la vie, la mort, les étoiles, la terre... À l’intérieur d’eux grandissait l’aspiration à retrouver le chemin vers la patrie originelle, le monde divin d’où ils étaient tombés. Cette aspiration s’éleva comme une prière vers le pays de la Lumière et vint éveiller la compassion dans le cœur de l’autre partie de l’humanité, celle qui n’avait pas chuté du monde divin.

C’est de cette humanité originelle que furent envoyés ces êtres prédestinés, que l’on a appelés les Élus, les Envoyés du Père. Ils descendirent sur la terre comme la réponse à la prière de leurs frères et sœurs tombés
; c’est là l’origine et la raison d’être des Écoles des Mystères. Elles furent créées par les Envoyés du Père comme un chemin clair et structuré pour permettre à tous les êtres prisonniers des ténèbres de se redresser et de retourner vers leur conscience originelle, vers leur être véritable et éternel.

Une École des Mystères, une École de Dieu est l'ensemble des élèves étudiant l’enseignement de la Tradi- tion essénienne transmise par un Maître.

Écriture

Derrière chaque être, chaque manifestation de la vie se tient une intelligence qui est l'écriture de cet être, c'est-à-dire son identité. Les Égyptiens, qui connaissaient et maîtrisaient cette sagesse à la perfection, avaient représenté chaque être de la Création sous la forme d'un hiéroglyphe (qui signifie « écriture sacrée ») car ils considéraient que chaque être était une lettre du grand alphabet du cosmos et était porteur d'une intelligence

et d'une sagesse. Mais cette intelligence et cette sagesse peuvent être usurpés si l'homme n'honore plus en conscience cette écriture sacrée et ne la maintient pas vivante dans sa pensée. Une des missions majeures des Esséniens est justement de revivifier les écritures sacrées qui sont à l'origine de toutes les manifestations dans la vie par l'Alliance de la Ronde des Archanges.

« Poser des écritures » dans sa vie, c'est mettre consciemment en action des forces pour transformer sa desti- née en accomplissant des œuvres qui donnent un corps à la Lumière.
Le mot « écriture » peut aussi être utilisé en lien avec les rituels sacrés. Par exemple, pour inviter et repré- senter le règne minéral dans une cérémonie, les Esséniens vont poser une pierre comme une « écriture sacrée », comme un langage vivant qui parle à plusieurs mondes. Ils vont invoquer à travers cette pierre l'intelli-
gence et l'âme vivantes du règne minéral car ils savent que la pierre est vivante dans l'homme et qu'elle a

un message, une sagesse à lui transmettre, sans laquelle l'homme demeurera un être incomplet. À travers la célébration des rites sacrés, les Esséniens veulent montrer à tous les êtres et à tous les mondes qu'ils les reconnaissent comme autant d'écritures divines qui doivent être honorées et unifiées pour former le grand corps de la Divinité, la grande Alliance des mondes, la grande Fraternité universelle.

Écriture magique, écriture sacrée

Une écriture magique ou sacrée est un acte, un geste, une parole accomplis dans le but et la volonté d'incar- ner et de manifester une intelligence supérieure, une sagesse divine, un enseignement éternel. Une telle écri- ture agit également au niveau de la destinée car elle unit celui qui la réalise à l'intelligence cachée derrière, pour le bien comme pour le mal. Les Esséniens, à travers tout ce qu'ils entreprennent, que ce soit dans les sphères spirituelles, culturelles, sociales ou économiques veulent poser sur la terre de nouvelles écritures afin que toutes les sphères d'activité des hommes soient de nouveau unies à une intelligence supérieure divine qui donne du sens, qui ennoblit l'homme et lui ouvre un chemin vers la Lumière jusque dans sa vie quotidienne.

Égrégore

Le terme « égrégore » vient d'« agrégat », qui signifie un rassemblement d'éléments concrets ou abstraits. Un égrégore est l'aura, l'atmosphère subtile tissée par les pensées, les sentiments et les aspirations d'un groupe d’êtres nourrissant des croyances et un idéal communs. Ces égrégores forment le monde spirituel qui entoure la terre et l'humanité ; ce sont des entités collectives qui n'ont rien à voir avec le monde divin. Elles sont dirigées par des intelligences spirituelles qui sont déchues du monde divin. Elles sont nourries et alimen- tées par les hommes pour satisfaire leurs besoins intellectuels, moraux et même spirituels. Ainsi sont nées

les religions comme le christianisme, l'islam, le bouddhisme mais aussi la science moderne et les croyances matérialistes.

Éléments

Les quatre éléments -la terre, l’eau, l’air et le feu - forment ensemble une unité indissociable qui a donné naissance à ce que l’on appelle couramment « la vie ». Les Esséniens, comme tous les peuples premiers, reconnaissent et vénèrent à travers cette manifestation universelle de la vie la présence de Dieu la Mère, l’autre pôle de l’Espritdu Père, son corps, sa révélation tangible, concrète.

Enfant de la Lumière

Synonyme d’« Essénien ».

Énoch

Dans toutes les traditions des peuples, on parle d’un passé très lointain où l’humanité ne vivait pas vraiment dans un corps tel que nous le connaissons maintenant mais dans un monde de rêves où tout était possible. Ce monde était la création d’un archange déchu appelé Lucifer. C’est dans ce monde illusoire formé par les anges malades que naquit celui qui devint le premier Homme-Dieu, Énoch.

Énoch est le Père de la Tradition des Enfants de la Lumière dans tous les peuples. Il fut le premier prêtre
du Très-Haut, le premier scribe qui révéla les lois divines et les enseigna. Il fut le premier constructeur de temples et le premier célébrant du Mystère divin sur la terre.
Il est le Père de la Ronde des Archanges et le Père de tous les Maîtres, les messagers de la Lumière, et aussi de chaque Enfant de la Lumière qui marche dans ses traces.

Il est également le Père fondateur de la Nation Essénienne qui s’est manifestée au cours de l’histoire à travers les Rishis de l’Inde, les Pharaons d’Égypte, les Mages de Perse, les prophètes d’Israël, les Esséniens de Palestine, les Manichéens, les Cathares, les Templiers au Moyen Âge, les Rose-Croix au 17e siècle... Et voici qu’elle ressuscite aujourd’hui, 700 ans après la disparition des Cathares, conformément à leurs prophé- ties (faites en 1244 et en 1309), tel le Phénix qui renaît de ses cendres.
D’autres prophéties avaient annoncé le retour d’Énoch en l’an 2000 de l’ère chrétienne. Et effectivement, Olivier Manitara a ressuscité tout le savoir et la mémoire d’Énoch pour notre époque à travers la grande méthode essénienne d’union avec le monde divin : la Ronde des Archanges. Énoch fut le premier homme à recevoir cette révélation des quatre Archanges que l’on retrouve dans son livre sacré.

Enseignement

Synonyme de « Tradition ».

Esprits

Dans la vision essénienne du monde, tout acte ou activité accompli par l’homme est animé par des esprits, des forces de la nature. Suivant son niveau de conscience, l’homme appelle à travers tout ce qu’il fait des esprits lumineux, apportant la vie ou des esprits malades, véhiculant la mort. Les esprits de la vie sont les messagers de la Mère-Terre qui agissent comme une conscience sacrée à travers les quatre éléments, dans l’homme (voir « Quatre Corps ») et dans la nature. Les salamandres sont les esprits du Feu ; les sylphes sont les esprits de l’Air ; les ondines, ceux de l’Eau et les gnomes ceux de la Terre.

Esprits de la nature

Dans la structure des quatre mondes, les esprits de la nature correspondent au monde aurique (voir « Mondes »).
Appelés aussi « fondamentaux » dans la Sagesse essénienne, les esprits de la nature sont les forces ma- giques, vivantes et conscientes qui animent les quatre éléments et les quatre règnes de la nature. Chacune des quatre espèces d’esprits de la nature constitue ainsi la conscience d'un élément.

Les gnomes sont les esprits de la terre. Ils forment la conscience de la terre. Ils sont aussi les gardiens de l’intelligence et de l’âme du règne minéral. Ils vivent essentiellement sous la terre, dans le monde des ra- cines du règne végétal, travaillant sans relâche pour maintenir la stabilité et les structures du règne minéral qui nous porte.

Les ondines sont les esprits de l’eau. Elles forment la conscience de l’eau. Elles sont aussi les gardiennes de l’intelligence et de l’âme du règne végétal. Les ondines vivent essentiellement en milieu aquatique. Ce sont aussi elles qui permettent le processus de la floraison des plantes et des arbres, qui ne peut avoir lieu sans la présence et l’action de l’élément eau.

Les sylphes sont les esprits de l’air. Ils forment la conscience de l’air. Ils sont aussi les gardiens de l’intelli- gence et de l’âme du règne animal. Les sylphes vivent essentiellement dans les hauteurs, à la cime des arbres ou dans les nuages. Ce sont aussi eux qui donnent aux plantes leurs couleurs, leurs parfums et leurs vertus. Les salamandres sont les esprits du feu. Elles forment la conscience du feu. Elles sont aussi les gardiennes de l’intelligence et de l’âme du règne humain. On peut voir les salamandres à l’œuvre à travers les abeilles et les papillons. Elles assurent la transmission de l’essence des êtres à travers les processus complexes de la génération des espèces, quelles qu’elles soient.

Dans l’homme, ces esprits de la nature ont été ensorcelés par sa bêtise, son ignorance et son orgueil d’être supérieur à tous les autres règnes de la nature au lieu de s’associer à eux dans un soutien mutuel et une ascension commune vers les mondes supérieurs du Père.

Esprits farceurs

Voir « Malins ».

Essénien / Essénienne

Le terme « Essénien » ne désigne pas uniquement les membres de la petite communauté de Palestine que nous connaissons grâce à la découverte des manuscrits de la mer Morte. Bien sûr, le mot « Essénien » fait di- rectement référence aux communautés qui vivaient en Palestine au temps du Christ (et dont Jésus lui-même était issu), mais ce peuple de gardiens de la sagesse s’est manifesté à toutes les époques, dans tous les lieux. Dans la langue originelle de l’humanité, ESSENE signifiait : celui qui étudie Dieu à travers toutes ses mani- festations et qui prend soin de lui en cultivant toutes les vertus de la Lumière, que les Esséniens ont appelées « les Anges ».
Ainsi, « Essénien » désigne un état de conscience et une façon d’être au monde qui ont toujours existé sur la terre et qui sont potentiellement présents dans tous les êtres humains, comme un germe divin et immortel.
L’Essénien veut vivre avec son âme, prendre soin du Divin en toute chose, et communier avec la grande intelligence omniprésente à travers les sept règnes de l’Alliance de Lumière. C’est pour rendre cela possible qu’ont été créés la Ronde des Archanges, la Nation Essénienne et les Villages Esséniens.

Évangile Essénien

Depuis l’aube des temps, la Tradition essénienne est la gardienne du savoir sacré, de la science secrète dans toutes les traditions des peuples. Ainsi, on peut dire que tous les textes sacrés de l’humanité sont « essé- niens » c’est-à-dire universels, émanant tous d’une source unique qui est à l’origine de toutes les traditions et religions, de tous les courants spirituels. Cette source s’est manifestée et a parlé par la bouche des grands Maîtres qui sont les véritables guides de l’humanité. Malheureusement, leurs paroles ont été systématique- ment déformées et pétrifiées à travers des religions mortes, dogmatiques qui se sont auto-proclamées uniques gardiennes de la vérité, excluant ainsi toutes les autres facettes de la vérité.

Mais Dieu ne s’est jamais arrêté de parler. Sa parole est comme un fleuve qui passe d’un Maître à un autre, non pour servir une religion isolée mais pour illuminer la terre entière.
Telle est la vocation de l’Évangile Essénien contemporain. Cet Évangile est constitué des paroles des Ar- changes recueillies précieusement par les Esséniens tous les trois mois, lors des grandes célébrations de la Ronde des Archanges. Cet Évangile est la nouvelle révélation du monde divin pour notre époque. Véritable oracle des temps présents, il répond aux questions les plus profondes et essentielles que les hommes peuvent se poser. Venant directement du monde des Archanges, l’Évangile Essénien contemporain est comme la traduction claire et précise de tout ce que les anciens Maîtres ont voilé dans leurs paroles et leurs écrits, l’humanité n’étant pas encore prête à les recevoir dans leur vérité pleine et entière.

L’Évangile Essénien est l’ensemble des psaumes des Archanges Michaël, Gabriel, Raphaël et Ouriel.

Fécondation

Processus d’échanges entre différents niveaux d’existence.

Fils

Principe complémentaire du Père et de la Mère, incarné par un Maître.

Fils de la Lumière, Fils du Soleil

Les Esséniens sont les gardiens de la Tradition universelle. C’est pourquoi ils ne séparent pas les traditions et ne placent pas un Maître au-dessus ou en opposition avec un autre. Ainsi, à travers Énoch, Krishna, Isis, Zoroastre, Moïse, Bouddha ou Jésus, les Esséniens contemplent et accueillent la manifestation de l’unique

Lumière du Père et de la Mère que les chrétiens appellent « Christ » ou « Fils unique de Dieu ». Tous ces Maîtres forment ensemble la lignée royale du Fils unique de Dieu, celui que les Égyptiens appelaient « Horus », qui correspond à la colombe du Saint-Esprit dans le christianisme ou à l’aigle dans de nombreuses traditions.

Fleur de la méditation

La fleur de la méditation est l'épanouissement de la conscience et de la floraison de l'âme par l'alliance avec un Ange, gardien d'une vertu divine telles la Bonté, la Douceur, la Noblesse, la Pureté, la Simplicité, la Beauté...
L'éveil de la fleur de la méditation est l'un des objectifs majeurs de la pratique de la Ronde des Archanges. Les psaumes de l'Évangile Essénien sont étudiés à cet effet. Alors l'homme, qui apparaissait aux yeux du monde divin comme une graine, apparaît comme une fleur épanouie. Le chemin de sa destinée véritable lui est alors ouvert et il peut connaître le Nom de la Mère, le nom de son âme (voir « Formations Esséniennes »).

Forces

Désigne les Intelligences lorsqu’elles se mettent en action pour influencer des êtres afin de parvenir à leur but.

Formations Esséniennes

La Sagesse essénienne, à travers toutes les traditions des peuples, a toujours enseigné la science sacrée de l’ennoblissement et de la floraison de l’âme humaine dans des sphères de conscience supérieures à l’homme, ce que la Sagesse essénienne appelle le monde divin.
Ce chemin d’évolution de la conscience n’est pas naturel et automatique chez l’être humain. C’est une se- conde naissance qui nécessite toute une préparation, une formation. Dans l’École essénienne contemporaine,
le processus de la renaissance de l’âme est initié par le baptême essénien de l’Archange Gabriel.
Les Formations Esséniennes comprennent un ensemble de formations et d’initiations fondamentales permet- tant à l’homme de retrouver son rôle d’intermédiaire dans l’Alliance des sept règnes, notamment la pratique de la Ronde des Archanges, la Formation des Quatre Corps, le Nom de la Mère, la Formation des Cinq Sens, l’Initiation au Serpent de la Sagesse et les Six Lunes.
La Formation des Quatre Corps précède la véritable renaissance de l’âme, qui a lieu lors de l’initiation au Nom de la Mère. Seule la Mère peut donner à l’homme le nom véritable de son âme et sa mission de vie pour son incarnation présente.
Ensuite, l’Essénien doit former les cinq sens de son âme renée et passer l’initiation au Serpent de la Sagesse. Alors il peut entrer sur le chemin de la prêtrise des éveillés de Michaël et sceller une alliance de Lumière avec un Ange du Père à travers la Formation des Six Lunes. C’est la dernière formation intensive de l’Essé- nien, qui devient alors un véritable initié ; ce qui ne fait absolument pas de lui un être supérieur mais simple- ment un plus grand serviteur du Père, conscient et éveillé.
L’Essénien doit alors confirmer son Initiation à travers une œuvre concrète au service de la Nation Essé- nienne, œuvre qu’il doit conduire jusqu’à la perfection.
L’œuvre au service du Père conduit l’Essénien vers la maîtrise parfaite de sa vie et de sa destinée. Cepen- dant, il ne se tient alors que sur la troisième marche de l’Initiation essénienne, qui en contient sept.
L’étape suivante de l’Initiation essénienne est appelée le « jardin d’Adonaï ». Elle consiste en un retrait absolu du monde et de la civilisation des hommes pendant une année, en immersion totale dans la nature, sans prononcer aucune parole, sans poser ses yeux ni ses oreilles, ni aucun sens sur quoi que ce soit qui vient
du monde fabriqué par les hommes. C’est un retour à l’état originel de l’homme, une purification et une renaissance intégrale de l’âme à un monde supérieur, celui dans lequel vivait l’âme humaine avant la chute. L’homme, la femme qui réalise cette initiation devient un Maître essénien et entre dans le cercle des sages, ce que la Tradition appelle la Terre de Lumière, Shamballa, la Cité sainte et bien d’autres noms encore, dif- férents suivant les traditions et les peuples.

Fraternité universelle, Grande Fraternité

Voir « Alliance de Lumière ».

Génies

Les esprits sont les animateurs de la vie intérieure de l’homme. Ils agissent à travers ses pensées, ses per- ceptions sensorielles, ses sentiments, sa volonté et ses actes. Les génies, eux, agissent davantage autour de l’homme. Ils sont l’aura, l’atmosphère qui entourent et animent tout ce que l’homme fait. Ils se manifestent autour de l’homme comme des images oniriques, teintant son atmosphère respiratoire d’une certaine cou- leur, d’une certaine ambiance, d’harmonie ou de dysharmonie. De même que les esprits ou les égrégores, il y a les génies de la Lumière et les génies malades, nés de l’inconscience et de la bêtise de l’homme.

Gnose

La Gnose est la Lumière dans sa manifestation intelligible, connaissable, apparaissant à l’homme comme un savoir supérieur qui ne s’apprend pas, une sagesse intuitive, une connaissance directe. Elle ne peut se révéler qu’à celui ou celle qui a reconnu que la vie, dans toutes ses manifestations, est la révélation et la matériali- sation d’une Intelligence supérieure, universelle qu’il est impossible de limiter à une religion ou une philo- sophie particulières. En cela, les Esséniens sont des gnostiques car pour eux, toutes les religions et traditions authentiques sont les différentes facettes d’un diamant unique, d’une Tradition primordiale et d’un Enseigne- ment universel et éternel dont les Maîtres sont les gardiens et les activateurs dans le monde des hommes.

Grande Maison

En Égypte, Pharaon était appelé la « Grande Maison » ou le « Grand Temple » car il était l'homme total, l'homme qui est parvenu à unifier en lui les sept règnes de l'Alliance de Lumière et à la rendre vivante et présente dans tous les foyers de l'Égypte, pour le bien de tous les êtres et de la terre entière. Il était devenu un être collectif et tous vivaient en lui. Jésus, le dernier Pharaon divin qui a réussi ce miracle, a transmis cette ancienne sagesse à travers sa parole « Je suis en vous, vous êtes en moi et là où je vais vous allez. » Aujourd'hui, la Nation Essénienne, avec la Ronde des Archanges, les Villages Esséniens et les Loges Essé- niennes, constitue ce corps du Christ, ce grand corps de la Lumière qui s'offre en partage au monde entier pour le Bien commun ; c'est la Grande Maison pour notre époque.

Grand Œuvre

La notion de « Grand Œuvre » était particulièrement chère aux alchimistes du Moyen-Âge ainsi qu’aux confréries maçonniques et rosicruciennes des 17e et 18e siècles. L’élaboration du « Grand Œuvre », appelé aussi « Pierre philosophale », consistait en une opération chimique dont le but était la transformation du plomb en or. Mais ce phénomène bien réel n’est que la forme extérieure du Grand Œuvre, son aspect expé- rimental. Le véritable Grand Œuvre est celui qui consiste à transformer l’homme grossier, par une éducation et une sagesse supérieures, en homme-Ange. Telle est la mission des Esséniens qui, à travers les siècles, s’est manifestée à travers toutes leurs œuvres civilisatrices, surtout à travers l’Égypte des premiers Pharaons.

Hiérarchie divine

Ensemble des règnes restés fidèles au Père.

(Ordre des) Hiérogrammates

Les hiérogrammates sont des scribes de la Nation Essénienne constituant un ordre sacré ayant pour mission de structurer, organiser et mettre en forme l'Enseignement essénien contemporain : l’Ordre des Hiérogram-

mates. Héritiers de la science secrète des anciens scribes d’Égypte, ils dédient leur temps à la sauvegarde et à la transmission de l’Enseignement essénien. Ils sont les fidèles gardiens et protecteurs de l’Enseignement du Père, de la sagesse éternelle transmise à travers les siècles par les grands Maîtres et guides de l’humanité. Dans leur manifestation contemporaine, leur tâche consiste à recueillir les paroles, les écrits, les dessins pédagogiques, les mouvements, les cérémonies, les chants sacrés que transmet Olivier Manitara en tant

que Père de la Nation Essénienne et représentant de cette tradition aujourd’hui millénaire.Tout est archivé, classé, trié, organisé et rendu disponible à travers des livres, des brochures, des lettres, des cahiers d’ensei- gnement, des sites internet, des CD audio ou vidéo....

Voir les commentaires

Ce que l'homme avili par un égrégore qui est, entre autres, aussi "le capitalisme-mondialiste", à perdu de vue. 3/3

Publié le par Nocif

 

Glossaire Essénien


Hommes

Règne se situant entre celui des animaux et celui des Anges. Peut désigner aussi l’humanité actuelle, séparée de l’harmonie originelle.

Hommes éveillés

L’expression « hommes éveillés » désigne les spiritualistes, tous ceux et celles qui croient en l’existence de mondes invisibles et supérieurs mais qui ne connaissent pas forcément les lois de ces mondes ni leurs inte- ractions et leurs correspondances avec les lois de la matière.

Huile d'Ouriel

L'huile d'Ouriel est tout simplement de l'huile d'olive qui, par ses propriétés magiques, a la capacité de recevoir et de condenser l'énergie-Lumière de l'Archange Ouriel et de la véhiculer à n'importe quel moment, dès lors qu’elle a été consacrée par luipendant sa présence dans le temple au cours de sa célébration. Elle sert ensuite pour l'élaboration du baume des Archanges, outil fondamental des thérapies esséniennes. Brute, elle sert aussi à augmenter la concentration et l'efficacité de certains travaux magiques et rites sacrés.Cepen- dant, toutes ces vertus n’enlèvent en rien la nécessité d’être éveillé dans les deux mondes. Un Essénien ne se repose jamais sur quoi que ce soit d’extérieur. Il peut toutefois se servir de supports comme le baume des Archanges ou l’huile d’Ouriel pour activer certaines forces à l’intérieur de lui.

Huit règles d'Ouriel

Les huit règles d’Ouriel - présentées dans le Psaume 136 du tome 24 - correspondent à l’ésotérisme de l’enseignement du Bouddha sur le sentier octuple. Elles sont aussi liées à la notion d’androgynie développée notamment par les alchimistes du Moyen-Âge et par la confrérie des Rose+Croix. Olivier Manitara a déve- loppé ces huit règles à travers tout un enseignement et une initiation qui peuvent désormais être reçus dans les Loges Esséniennes.

Humanité de Lumière

L'humanité de Lumière - appelée aussi « Nation Essénienne », « peuple d’Essenia », « Terra Essenia », « Terre de Lumière », « Shamballa » ou encore « Fraternité universelle » - ne désigne pas un petit groupe d'êtres humains sur la terre. Tous ces termes désignent la communauté des âmes qui à travers les siècles
ont été les porteuses d'une Lumière divine, d'un message sacré pour la terre et l'humanité tout entière. Ces êtres ont ainsi formé autour de la terre une Terre de Lumière, de conscience supérieure, sur laquelle a pu se poser le monde divin à travers des Anges, parfois des Archanges et très rarement des Dieux. Cette humanité est éternelle, elle vit au-delà du temps et de l'espace car la mémoire de tous les êtres qui ont porté le monde divin sur la terre ne peut mourir, elle s'accumule dans cette Terre de Lumière qui entoure la terre physique. Cycliquement, des portes sont ouvertes entre la terre et l'humanité de Lumière par la lignée ininterrompue des grands Maîtres esséniens et leurs Écoles initiatiques. Alors l'opportunité est donnée à tous les êtres qui sont prêts à travailler sur eux de réaliser toutes les conditions pour la manifestation et l'incarnation de l'hu- manité de Lumière jusque dans le monde des hommes et le royaume de la Mère.

Telle a été et telle est encore aujourd'hui la mission des Esséniens -et de tous les hommes dans leur essence - à travers la Nation Essénienne, la Ronde des Archanges et les Villages Esséniens.

Individualité

Voir « Rayon-Je ».

Initiation

Circonstances (naturelles ou organisées) permettant le passage d’un état d’être à un autre.

Initiation essénienne

L’Initiation essénienne comporte sept degrés, appelés « marches ».
La première marche consiste à entrer dans la Ronde des Archanges et à porter un Ange à travers une vertu, ce qui veut dire que tu reconnais qu’il y a une Intelligence supérieure et que tu acceptes l’idée de sortir du monde de la mort.
Après un an complet de Ronde des Archanges, tu peux entreprendre la Formation des Quatre Corps, à l’issue de laquelle tu reçois le Nom de la Mère, le nom de ton âme, qui correspond à ta mission pour cette incar- nation. Quand tu es né de la Mère, on te propose de faire la Formation des Cinq Sens, durant laquelle tu
dois nettoyer tout tes sens pour commencer à percevoir un monde que tu ne perçois pas encore. Après avoir réactivé tes quatre corps et purifié tes cinq sens, tu peux entreprendre la Formation des Six Lunes : c’est le contact avec un Ange. À partir du moment où tu réussis cette haute initiation, tu es sur la deuxième marche, tu as une alliance avec un Ange.
Après, tu passes la troisième marche de l’Initiation et tu maîtrises le serpent tentateur.
Puis, tu passes la quatrième marche, celle où se tiennent les Maîtres, et tu entres dans ce que l’on appelle le service des cultes des quatre éléments.
Les cinquième, sixième et septième marches sont les marches des grands Maîtres. La cinquième marche cor- respond à la sortie du monde de l’homme pour entrer dans le monde des Dieux. La sixième marche corres- pond à l’union avec la Mère. La septième marche est l’union avec le Père.

Jardin d’Adonaï

« Jardin d’Adonaï » est un synonyme du « jardin d’Éden » des Écritures saintes. Dans la vision essénienne du monde, ce terme n’est pas rattaché à un concept spirituel abstrait, évoquant un lointain passé révolu.
Non, ce mot des plus sacrés nous parle de la plus profonde réalité qui soit, d’un lieu inviolé en l’homme,
un sanctuaire invisible où règnent la pureté et l’harmonie de son âme immortelle. C’est ledernier etunique endroit en l’homme où il peut encore se tenir dans la communion et l’harmonie parfaites avec tous les règnes de la Création, visibles et invisibles. Le « jardin d’Adonaï » signifie le « jardin du Maître ».C’est le lieu de la deuxième naissance, le sanctuaire du cœur, la chambre secrète dont ont parlé Jésus et tous les grands Maîtres de la Tradition essénienne. Mais c’est également un lieu sacré qui doit de nouveau exister sur la terre comme le temple vivant du Saint-Esprit, là où le Père et la Mère pourront s’unir à travers la célébration des Mystères divins.

Ainsi, une des missions des Esséniens contemporains est de faire apparaître ce lieu jusquedans le plan phy- sique à travers des jardins magiques, des forêts enchantées dans lesquels des hommes pourront vivre comme aux temps originels, en parfaite harmonie avec la nature, sans aucun artifice humain. Seuls ceux et celles qui viendront pour célébrer les Mystères divins dans la pureté pourront entrer dans ce jardin de paradis. Alors, le légendaire et mythique « jardin d’Éden » sera de nouveau une réalité vivante, sur la terre comme au ciel ! De ces jardins, à travers une initiation essénienne particulière (d’une durée de quelques jours jusqu’à un an dans un silence absolu), doit naître une lignée de sages et de Maîtres dont la mission sera de faire apparaître sur la terre une nouvelle intelligence qui sera le berceau, la matrice d’une nouvelle humanité.

Je

Individualité sacrée de chaque être, pouvant se manifester à travers une existence mortelle.

Jubilé

Dernière année d'un cycle de sept ans, constituant pour la Nation Essénienne une période de transition. Des travaux théurgiques particuliers sont nécessaires à ce passage. La première a débuté lors de la célébration de l'Archange Michaël en 2009 et s'est achevée lors de la célébration de l'Archange Ouriel en 2010.

Justifier l'Enseignement de la Lumière

« Justifier » l'Enseignement de la Lumière exprime le fait que c'est à l'Essénien de montrer qu'il est juste et de le rendre réel et vivant jusque dans la réalité concrète et tangible. Si l'Essénien ne fait pas cela, l'Ensei- gnement demeure lettre morte, une abstraction et il ne peut être transmis. Avant d'être transmis, il doit être vécu et ainsi « justifié », démontré comme juste, rendu réel et vivant.

Loges Esséniennes

Les Loges Esséniennes constituent les lieux de rencontre privilégiés entre le monde divin et l’homme initié aux Mystères et à la Sagesse essénienne. La loge est la porte d’entrée dans le monde sacré, formant sur la terre la frontière d’avec le monde profane. Dans les loges individuelles, comme dans les loges collectives, le mot d’ordre est : Étude - Dévotion - Célébration des rites sacrés - Accomplissement des œuvres de la Lumière. C’est à travers l’activation de ces quatre piliers de l’éducation et de l’initiation esséniennes que l’Essénien construit son corps d’immortalité et devient un libre constructeur du monde divin, sur la terre comme au ciel.

Lumière

Présence du Divin en tous les mondes.

Magie, Mage

La magie est l’art de mobiliser les Intelligences et les Forces. Une personne maîtrisant cet art est appelée « Mage » ou « Magicien », « Prêtre » ou « Vestale ».
Les prêtres et les vestales de la Nation Essénienne sont des Mages du Très-Haut formés pour maintenir un équilibre magique, une harmonie dans le monde. Ils prennent soin de la présence du Père et maintiennent l’Alliance pour l’humanité, la terre et les générations futures.

Maître

Dans la culture essénienne, la maîtrise est un élément central. Les Esséniens cherchent toujours à parvenir à l’accomplissement, à l’épanouissement le plus complet de ce qu’ils font. Le menuisier cherche la maîtrise de son art tout comme l’architecte ou le musicien. Il en est de même dans le domaine de l’Alliance avec Dieu. D’une manière générale, un Maître est un homme incarnant à la perfection sa tradition.

Les paroles de sagesse qui ont été données par les Maîtres esséniens de tous les temps sont comme des parti- tions. Elles doivent être lues et transmises par des Maîtres qui ont atteint le sommet de leur art. Lorsque l’on a atteint la pleine maîtrise de son domaine, quel qu’il soit, on est en relation avec le grand Maître de tous les maîtres. Alors on peut avoir accès à la guidance intérieure. Mais pour les Esséniens, ce chemin passe par un accompagnement, une transmission d’homme à homme.

Un Maître essénien n’est pas venu pour les hommes. Sa seule raison d’être est de servir le Père, le Divin en tous les êtres. Il se tient tout entier dans le service absolu et impersonnel : « Le plus grand parmi vous sera le

plus grand serviteur », et donc très loin de toutes idées de pouvoir et de domination. Les Maîtres sont le règne intermédiaire entre celui des hommes et celui des Anges.

Maladie

Dysfonctionnement d’un ou plusieurs corps dû à une trop grande séparation d’avec la Lumière.

Malins

Appelés aussi « esprits farceurs », les malins sont des esprits de la nature, des génies que l’homme a profa- nés et qui se retournent contre lui, se vengent en le perturbant et le troublant de multiples façons. Les mani- festations extraterrestres que peuvent voir certains êtres clairvoyants sont des exemples des « tours de magie » que sont capables de jouer ces malins aux hommes. Nos ancêtres n’ont jamais vu ni parlé d’extraterrestres et de soucoupes volantes car ces personnages et cette technologie n'avaient pas encore été inventés. Étant totalement dépendants de l’homme et liés à sa destinée, les malins se manifestent à lui sous l’apparence de l’époque. Mais ces êtres sont surtout présents dans notre vie quotidienne ainsi que dans notre sommeil à travers tout ce qui sème en nous le trouble, le conflit, la confusion, etc.

Mémorial

Temple dédié à la mémoire divine des Esséniens décédés grâce à un culte particulier utilisant la pierre verte d’immortalité.

Ménora

« Ménora » est un autre nom sacré pour désigner l'Alliance de Lumière des sept règnes de la Création qui relie le ciel et la terre, le Père et la Mère à travers l'homme, le Fils. Les trois règnes invisibles du Père sont les Anges, les Archanges et les Dieux ; les trois règnes visibles de la Mère sont les minéraux, les végétaux, les animaux. L'homme se trouve ainsi dans une position charnière, car il est l'unique intermédiaire entre le ciel et la terre et porte en lui les sept règnes à travers sept corps, de plus en plus subtils.

Moïse donna ce nom en hommage au grand Dieu solaire de l'Égypte : Amon-Ra, dont « ménora » est l'ana- gramme. Comme l'Égypte était en train de s'effondrer sous l'emprise de l'usurpateur de Pharaon (Ramsès II), Moïse dut quitter son pays bien-aimé et changea tous les Noms de Dieu afin qu'ils ne puissent être profanés. Ainsi, Amon-Ra, la lumière du soleil qui unit le ciel et la terre à travers les sept couleurs de l'arc-en-ciel, devint « ménora », le chandelier à sept branches qui porte les sept flammes de la vie qui, toutes réunies, for- ment l'unique Lumière du Père et de la Mère.

Mère

Pour les Esséniens, la Mère est le principe divin créateur complémentaire du Père,l’intelligence cachée derrière toutes les manifestations de la vie : les pierres, les montagnes, les arbres, les fleurs, les animaux. Désigne aussi souvent la nature vivante

Moi

Personnalité de l’homme constituée lors de son incarnation.

Monde de l’eau / Monde de la mort

Appelée aussi « eau aurique » ou « aura », cette eau est une matière subtile, invisible, formée et habitée par toutes les pensées, sentiments et désirs qui vivent autour de l’homme et animent son corps de terre, son corps physique. Ce monde de l’eau est le « monde astral » dont ont parlé de nombreux occultistes et ésoté- ristes du 19e siècle ainsi que les alchimistes du Moyen Âge.

C’est aussi « l’au-delà » des religieux et des spiritualistes, dans lequel ils rencontrent après leur mort les images et les idées qu’ils se sont faites de Dieu durant leur vie terrestre. Mais c’est un monde d’illusion, car il est entièrement créé par l’homme et n’a rien à voir avec le monde divin. Cependant, ce monde n’est pas propre aux religieux. Dès qu’ils perdent leur corps physique, tous les hommes se retrouvent projetés dans le monde de l’eau. Là, ils rencontrent « physiquement », comme des êtres vivants, toutes les pensées, tous les sentiments et désirs qu’ils avaient nourris plus ou moins consciemment durant leur vie terrestre.

Monde de Lucifer

Lorsque l’homme a cultivé durant sa vie des idéaux nobles, religieux, philosophiques ou humanitaires, il entre à sa mort dans ce que la Tradition appelle « le monde de Lucifer » ou « monde de la mort ». C’est
un monde de beauté idéale dans lequel l’homme retrouve la projection parfaite, vivante de tout ce en quoi il croyait, du monde auquel il rêvait. Mais cela est encore une illusion car il s’agit d’une projection dans laquelle l’homme prend refuge mais qu’il ne parvient pas à incarner dans la réalité de sa vie ; c’est donc un masque qui ne peut entrer dans le monde divin, dans le monde de l’éternité puisqu’il est faux, c’est-à-dire irréel, non incarné.

Voir également « Monde de l’eau ».

Monde de l’homme

Monde de la vie quotidienne des hommes, souvent séparés de leur origine divine, de l’harmonie originelle des sept règnes.

Monde divin

Le monde divin est la source et l’origine de toute vie et intelligence. Il est le Verbe des origines dont parle saint Jean, sans qui rien ne peut venir à la vie. Il est le Soleil de tous les soleils vivant dans l’infiniment petit comme dans l’infiniment grand. Le monde divin ou monde du Père est lui aussi composé de quatre règnes
: les Maîtres, les Anges, les Archanges et les Dieux. Ces quatre règnes sont la contrepartie divine et immor- telle des quatre règnes de la Mère : les minéraux, les végétaux, les animaux et les hommes.

Sur la terre, ce sont les Maîtres qui représentent le monde divin et lui ouvrent les portes de la réalisation jusque dans le monde des hommes et de la nature. Ainsi, les Maîtres sont les intermédiaires éveillés entre le monde divin et le monde des hommes. Ils forment un règne à part entière au sein de l’Alliance de Lumière et portent la quatrième lettre du Nom de Dieu.

Monde spirituel

Le monde spirituel est constitué des entités spirituelles qui sont à l’origine des pensées, des sentiments et désirs des hommes. Ce monde peut être aussi appelé « le monde de l’ombre », car il cache et empêche la Lumière du monde divin de toucher l’homme pour qu’il prenne sa vie en mains et brise les chaînes de l’esclavage à ce monde spirituel faux et destructeur.

Mondes (les quatre mondes)

Les quatre mondes qui constituent l’ensemble du monde de l’homme mais également de toutes manifes- tations visibles sont : le monde physique, le monde aurique (ou magique), le monde spirituel et le monde divin.
Le monde physique est le monde que nous voyons et percevons avec nos sens extérieurs. Il est lié aux mys- tères et à l’enseignement de l’Archange Ouriel.

Le monde aurique ou magique (voir « Monde de l’eau ») est constitué des pensées, des sentiments et des désirs que les hommes émettent en permanence. Ce monde aurique est lui-même relié et animé par un troi- sième monde appelé « monde spirituel ». Le monde aurique est également lié aux mystères et à l’enseigne- ment de l’Archange Gabriel.

Le monde spirituel est constitué des entités spirituelles qui sont à l’origine des pensées, des sentiments et désirs des hommes. Il est lié aux mystères et à l’enseignement de l’Archange Raphaël.
Le monde divin est la source et l’origine de toute vie et de toute intelligence. Il est le Verbe des origines dont parle saint Jean, sans qui rien ne peut venir à la vie. Il est le Soleil de tous les soleils vivant dans l’infiniment petit comme dans l’infiniment grand. Le monde divin est lié aux mystères et à l’enseignement de l’Archange Michaël. Ce monde est lui aussi composé de quatre règnes : les Maîtres, les Anges, les Archanges et les Dieux. Ces quatre règnes sont la contrepartie divine et immortelle des quatre règnes de la Mère : les miné- raux, les végétaux, les animaux et les hommes.

Mystères

Lorsque écrit avec une majuscule, « Mystères » désigne l'essence des pratiques, rites et enseignements qui, au-delà de la diversité des traditions, mènent l'individu sur le chemin de l'Initiation.

Nation Essénienne

Les Esséniens ne sont pas un peuple de sang. C’est un peuple d’âmes qui ne connaît pas de frontières ni dans le temps ni dans l’espace.
La mission des Esséniens a toujours été de préserver un lien avec le Divin grâce à l’incarnation de grands Maîtres spirituels. D’Énoch à Jésus, de Mani à Peter Deunov, le peuple d’Essenia n’a jamais cessé son œuvre. Tel un caméléon, il s’adapte aux cultures, aux époques, aux langues du monde sans jamais perdre son identité unique. Et c’est bien là sa force.

Là où certains s’accrochent aux mots, aux livres, aux dogmes pour former des « religions », les Esséniens vivent dans la résurrection constante et accueillent la manifestation du Divin dans sa forme toujours nou- velle.
Aujourd’hui plus que jamais, les Esséniens s’activent pour préserver leur savoir universel autour de l’héritier vivant de cette lignée ininterrompue : Olivier Manitara.

En 2006, face à la situation mondiale, ils décident de créer la Nation Essénienne, afin de permettre aux Essé- niens du monde entier de vivre en accord avec leurs convictions. Dans le même temps, devant le désastre écologique global, ces écologistes millénaires ressuscitent leur art ancestral de vie à travers les Villages Esséniens. Dans ces lieux de vie privilégiés et ouverts sur le monde, des hommes et des femmes retrouvent un nouveau sens à la vie et peuvent cultiver un lien très fort avec la Mère-Terre.

Nom de Dieu

Fait la plupart du temps référence au Nom constitué des quatre lettres hébraïques iod-hé-vau-hé, qui chacune correspond à un Archange. Le Nom de Dieu incarne l’unité divine des quatre Archanges. On le retrouve dans le sceau de la Ronde des Archanges, présenté en couverture de l’Évangile Essénien.

Nom de Dieu

Dans de nombreuses cultures et traditions des peuples, le Nom de Dieu est formée de quatre lettres. On retrouve également cette structure universelle du chiffre 4 dans de nombreux symboles ésotériques qui ont été utilisés partout, dans toutes les civilisations et à toutes les époques. On peut penser au Sphinx et aux pyramides d’Égypte, à la croix (à ne pas confondre avec le crucifix), au visage à quatre faces de Brahma, à la Kaba des musulmans, aux quatre évangélistes de la Bible dont les quatre animaux totems sont les quatre Animaux saints de l’Apocalypse et dont l’assemblage forme le Sphinx, etc.

On retrouve ce chiffre 4 partout tout simplement parce qu’il est la structure même de l’homme et de l’uni- vers. Dans l’univers, ce sont les quatre éléments qui constituent la base indispensable de toute manifestation de vie. Dans l’homme, on retrouve ces quatre éléments sous forme de quatre corps.
Ainsi, le Nom de Dieu de quatre lettres se décompose suivant quatre degrés de vibration, du plus subtil au plus dense :

- la première lettre, le Iod de l’alphabet hébraïque, correspond à l’élément Feu dans l’univers et à la pensée

dans l’homme. Son origine et sa quintessence divine sont gouvernées et gardées dans les mondes supérieurs par l’Archange Michaël, le Père du Feu et de l’automne dans le cycle des quatre saisons ;
- la deuxième lettre, le Hé de l’alphabet hébraïque, correspond à l’élément Air dans l’univers et à la sphère des sentiments et des sens dans l’homme. Son origine et sa quintessence divine sont gouvernées et gardées dans les mondes supérieurs par l’Archange Raphaël, le Père de l’Air et du printemps dans le cycle des quatre saisons ;

- la troisième lettre, le Vau de l’alphabet hébraïque, correspond à l’élément Eau dans l’univers et à la sphère de la volonté dans l’homme. Son origine et sa quintessence divine sont gouvernées et gardées dans les mondes supérieurs par l’Archange Gabriel, le Père de l’Eau et de l’hiver dans le cycle des quatre saisons.
- la quatrième lettre, le Hé de l’alphabet hébraïque, correspond à l’élément Terre dans l’univers et à la sphère de l’acte dans la vie de l’homme. Son origine et sa quintessence divine sont gouvernées et gardées dans les mondes supérieurs par l’Archange Ouriel, le Père de la Terre et de l’été dans le cycle des quatre saisons.

Le monde de l’homme tout entier est constitué par ces quatre éléments, non seulement dans le monde visible mais également dans sa contrepartie invisible (voir « Mondes »).

Nom de la Mère

À l’issue de la Formation des Quatre Corps (voir « Formations Esséniennes »), l’Essénien reçoit le Nom
de la Mère au cours d’une initiation particulière, en pleine nature. Ce moment sacré et décisif correspond à ce que Jésus et de nombreuses autres traditions ont appelé la « deuxième naissance », au cours de laquelle l’homme reçoit son véritable nom, celui de son âme.
En effet, après être né comme un homme, dans le monde de l’homme, ce dernier doit naître à la Mère, c’est- à-dire à la conscience de qui il est réellement, du sens profond et secret de son incarnation. Seule la Mère, qui connaît tous les êtres mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes, peut donner à chacun son nom véri- table, qui est la mission de l’âme pour cette incarnation.
Dans l’ancienne Égypte, rares étaient les êtres qui parvenaient à cette deuxième naissance, tant les épreuves à traverser étaient dures et périlleuses. Aujourd’hui, tout s’est inversé. Le chemin qui mène à la révélation de ce nom n’est pas si difficile. Mais l’épreuve est dans la réalisation de ce nom car les serpents et les bêtes féroces que l’initié devait affronter jadis dans les temples sont désormais légion dans la vie quotidienne de l’homme « moderne », sous des formes plus subtiles.
La révélation et la connaissance du Nom de la Mère ne marquent cependant que le commencement de la vie véritable, celle qui ne peut mourir, celle de l’âme qui est née d’un monde supérieur et non de l’homme.

Ordre divin

Synonyme de « Hiérarchie divine ».

Organe

Désigne généralement non pas un organe physique mais une partie de l’organisme subtil d’un être. Un or- gane est à la fois un moyen de percevoir et un moyen d’agir. Par exemple, la compassion est rendue possible lorsqu’un homme en possède l’organe. Les organes peuvent être développés et renforcés par des méthodes spécifiques.

Pardon des offenses

Les Esséniens, comme beaucoup d’autres peuples premiers, considèrent que l’humanité actuelle est née d’une chute et est retenue prisonnière de cette chute. Cette chute dans le monde de la matière et de la mort n’était pas négative en soi mais elle l’est devenue à cause de la bêtise de l’homme. Au lieu de voir et d’ac- cepter que la terre et la nature étaient là comme des êtres vivants, comme une Mère qui est là pour l’aider à se redresser de sa chute, l’homme a profané la terre, conduisant en esclavage tous les règnes qui la consti- tuent : les hommes mais aussi les animaux, les végétaux, les minéraux.

C’est pour permettre à l’homme contemporain de sortir de cette inconscience collective de l’humanité et l’aider à retisser un lien vivant et conscient avec la nature que les Esséniens ont créé la grande méthode du

Pardon des offenses. Cette méthode est basée sur la science secrète cachée dans le Notre Père, la grande prière de Jésus. À travers cette méthode révolutionnaire, l’homme peut de nouveau dialoguer avec la Mère- Terre et marcher sur le chemin de la grandeur, de la vie belle et utile au Tout.

Parole mantrique ou magique

La Sagesse essénienne a toujours parlé d’une triple révélation de Dieu. Toutes les traditions des peuples
ont leur trinité, souvent sous la forme : Père, Mère et Fils ou encore le monde divin, l’univers et l’homme, l’Amour, la Sagesse et la Vérité, le fruit qui apparaît de l’union du Père et de la Mère.
La Sagesse essénienne enseigne que cette trinité divine est présente dans l’homme à travers ses trois centres de conscience : la pensée dans la tête, le sentiment dans le cœur et la volonté dans le ventre. Ces centres d’intelligence sont comme trois portes pour la Lumière dans l’homme. Les Esséniens apprennent comment ouvrir et fermer ces portes à travers trois activités sacrées : la méditation pour structurer et éveiller la pensée ; la parole magique et le chant sacré pour le cœur ; les mouvements méditatifs et la danse pour la volonté. Ainsi, une parole mantrique est une parole magique dans le sens qu’elle possède la capacité d’éveiller le Divin dans l’homme qui la prononce et l’étudie et d’élever sa conscience dans un monde supérieur et divin. C’est une parole de sagesse qui vient directement du monde divin et qui a été prononcée par un Maître authentique dans le but de former dans l’homme des organes de perception subtils capables de comprendre et de pénétrer l’intelligence supérieure du monde divin. À travers une seule parole mantrique, l’homme peut comprendre les plus grands Mystères et se former un corps de Lumière et d’immortalité. C’est la science du Verbe magique qui seule peut éveiller la véritable créativité de l’âme humaine. Cette science sacrée est un chemin d’initiation à part entière.

Peau de bête

Obscurité de laquelle s'est revêtu l'homme lorsqu'il s'est séparé du Divin.

Père

Principe incréé fécondant, à l’origine de la Création.

Pierre verte

Minéral -actinolite ou sa forme cristallisée, le jade néphrite - utilisé sur les indications de l’Archange Ra- phaël et associé à ses enseignements sur l’immortalité et la conservation de la mémoire divine. Aussi appelée « pierre d’immortalité », elle fait partie de la pratique de la Ronde des Archanges et du projet « 40 sommets pour un éther pur », pour lequel des pierres vertes sont placées au sommet de montagnes afin de purifier les éthers.
La pierre verte a la particularité unique de garder la mémoire de tout ce qui est divin. Lorsqu’elle a été consacrée par une cérémonie sacrée de la Nation Essénienne, plus rien ne peut enlever les vibrations qu’elle a enregistrées. En activant la part divine de chaque être, de chaque chose, elle est un grand agent d’harmoni- sation, d’équilibre et de guérison spirituelle. Les Esséniens utilisent des pierres vertes consacrées pour leurs travaux spirituels afin d’activer la présence de leur Ange. Certaines sont placées aux sommets de montagnes afin de constituer un réseau de Lumière pour purifier l’atmosphère et renforcer la présence du Divin dans l’air.

Pilier

Les quatre Archanges sont les Pères de la Nation Essénienne. Comme au temps de l’Égypte des premiers Pharaons, ces quatre Archanges sont représentés par des êtres qui ont consacré leur vie pour être les gardiens de la pureté de leur Enseignement.
Un pilier est un prêtre essénien consacré à l’un des quatre Archanges et porteur de l’un des quatre bâtons sacrés de la Nation Essénienne. C’est une forme particulière de prêtrise jouant un rôle central lors des célé-

brations de la Ronde des Archanges.
Cet engagement implique une grande responsabilité et une discipline de vie rigoureuse et donc aussi un grand discernement. La vie entière des piliers d’Archange est dédiée au service du monde divin.

Poser des écritures dans sa vie - Mettre consciemment en action des forces pour transformer sa destinée en accomplissant des œuvres qui donnent un corps à la Lumière.

Prêtre, Prêtresse (Vestale)

Un prêtre, une prêtresse véritable est un être qui consacre sa vie tout entière à l’incarnation et à la manifes- tation sur la terre du monde divin. Par tous ses travaux sacrés réalisés dans le plus grand dévouement et le plus pur amour de la vie universelle, le prêtre, la prêtresse du peuple d’Essenia est une bénédiction vivante pour tous les êtres car sa vie est dédiée à l’union des deux mondes du Père et de la Mère dans la perfection de l’Alliance de Lumière.

Psaume

Texte sacré d’enseignement transmis par un Archange, en général dans son temple lors de sa célébration. Appelés « psaumes », car psalmodiés par les Esséniens tout au long de l’année, ces textes sont vivants et possèdent des pouvoirs magiques. Ils sont la manifestation concrète du monde divin. Les psaumes font par- fois référence à des circonstances particulières à la célébration.

Quatre Corps

Corps subtils naturels de terre, d’eau, d’air et de feu, inhérents à toute créature. À cause du mode de vie actuel des hommes, un travail particulier est nécessaire pour leur redonner vie. Ce travail fait l’objet d’une Formation Essénienne qui se déroule sur plusieurs semaines.

Quatre nobles vérités

L’étude, la dévotion, la célébration des rites et l’accomplissement de l’œuvre de la Lumière constituent les quatre nobles vérités, les quatre piliers fondamentaux de l’Enseignement essénien.

Quatre Sceaux

Manifestations des quatre Archanges dans le monde de l’homme transmis aux Esséniens dans le cadre de leur Alliance. Chaque Archange a transmis un sceau en particulier lui correspondant : Michaël, le sceau du Travail, Raphaël, le sceau de la Santé, Gabriel, le sceau de la Famille et Ouriel, le sceau de l’Argent. Ces quatre piliers centraux de la vie des hommes contemporains ne sont pas considérés simplement dans leur aspect terrestre et mortel mais dans une dimension supérieure de la vie, destinée à conduire l’homme sur un chemin de sagesse et d’immortalité.

Les rituels incluant les Quatre Sceaux permettent de retrouver progressivement une liberté et un équilibre dans ces quatre aspects de la vie de l’homme.

Raccompagner une flamme

Il s'agit de raccompagner la flamme dans le monde divin. Nous l'avons séparée du Feu primordial pour qu'elle participe au rituel et maintenant nous la raccompagnons à sa source. Nous la remercions et lui de- mandons de continuer à agir en nous dans l'invisible.

Réalisation de l'œuvre

Tout être vivant, qu’il soit humain, animal, végétal ou minéral, est porteur d’une intelligence et d’une fonc-

tion, d’une mission particulières au sein du grand organisme de la terre et de l’univers. Cette intelligence, cette fonction, cette mission sont universelles et collectives pour les animaux, les végétaux et les minéraux. Mais avec l’homme, apparaît un processus d’individualisation qui doit néanmoins être accompagné d’un éveil croissant de la conscience pour atteindre sa réalisation. En effet, ce processus n’est pas automatique mais initiatique et progressif. À travers lui, l’homme doit se construire un autre corps, une barque qui lui permettra d’atteindre l’autre rive, celle de son âme et de sa destinée véritable. Cette destinée est cachée. Pour en retrouver le sens profond, l’homme doit recevoir le Nom de la Mère et se concentrer dessus jusqu’à sa réalisation pleine et entière. C’est pourquoi l’Enseignement essénien dit : « Le Nom de la Mère est la phrase de la concentration parfaite. »

Rayon-Je

La Sagesse essénienne n’a qu’un seul but : éveiller Dieu, le monde divin dans l’homme, jusque dans la sphère de sa vie quotidienne. C’est un chemin de prêtrise, d’union avec le monde divin et de maîtrise du monde de l’homme et de sa nature instinctive. Cela demande un profond éveil de la conscience et un lien de Lumière puissant et stable avec un monde supérieur. La Sagesse essénienne appelle ce lien de Lumière « rayon-Je » ou « l’être véritable éternel Je-Suis ».

Mais ce lien de Lumière est prisonnier dans le corps de l’homme, coupé des mondes supérieurs ; c’est le grain de blé tombé en terre. Lorsque ce grain divin s’éveille, il est aussitôt convoité par les voleurs de Lu- mière, les anges de Lucifer.
Seul un Maître de la Tradition essénienne peut éveiller par résonance ce qui est divin dans l’homme et le conduire vers son individualité libre et immortelle, son rayon-Je. Lorsque l’homme est pleinement éveillé dans son rayon-Je, il devient lui-même un Maître, un porteur du monde divin sur la terre, une flamme de Dieu, un rayon individualisé du Soleil.

Le rayon-Je est l’individualité sacrée de chaque être, pouvant se manifester à travers une existence mortelle.

Recyclage

Lorsque l'homme ne cultive pas de vie intérieure, il subit après sa mort un processus de décomposition de ses corps subtils, perdant le bénéfice de ses expériences pour son incarnation suivante.

Règne

Chacun des sept règnes naturels constituant l’harmonie originelle du monde. Quatre règnes sont visibles à nos sens communs (minéraux, végétaux, animaux, hommes) et trois autres sont subtils (Anges, Archanges, Dieux). Le règne des Maîtres est parfois mentionné comme différent de celui de l’humanité, celle-ci s’étant séparée de son état originel et vivant en dehors de cette hiérarchie.

Réintégration

Ce mot fait partie du langage initiatique de la Franc-maçonnerie dont le but originel est de reconstruire le temple du monde divin en l’homme et dans le monde à travers une société idéale, dont le modèle parfait fut l’Égypte. Mais ce mot remonte en fait à l’aube de la Tradition et fut transmis par Énoch, son Père fonda- teur. Le Livre d’Énoch parle de cette « réintégration » de toutes les créatures de la terre dans le monde divin par l’Alliance du peuple des Enfants de la Lumière avec l’Éternel, avec le monde divin. C’est le chemin de l’éveil, de la rédemption, de la libération de l’âme et de la remontée vers le Père.

Ronde des Archanges

La Ronde des Archanges est l’origine, l’âme et la destination de la Nation Essénienne et des Villages Esséniens. C’est le bateau de Lumière de la Tradition essénienne, mentionné dans toutes les traditions des peuples : c’est l’arche de Noé des derniers Atlantes, c’est la barque d’Isis des anciens Égyptiens, le bateau de Lumière des Cathares, la coupe du Graal des plus anciennes légendes initiatiques.

Traditionnellement, les Esséniens entretiennent avec les forces divines et naturelles des liens très forts qui leur permettent d’avoir accès à un savoir unique. C’est ce savoir toujours en avance sur son temps qui a fait la réputation de thérapeutes des Esséniens à travers les âges. Aujourd’hui, cette méthode de communication et de guérison s’appelle la Ronde des Archanges. Elle permet à tous de vivre en communion avec un Ange et d’en prendre soin, dans un échange et un soutien mutuel uniques.

La Ronde des Archanges est un savoir-faire ancestral essénien pour rétablir l’harmonie entre les règnes supé- rieurs subtils (Anges, Archanges, Dieux) et les règnes visibles de la nature (minéraux, végétaux, animaux, hommes).

Rose+Croix

Les Rose+Croix étaient des initiés héritiers et gardiens de l’enseignement d’un grand Maître essénien qui vécut au 14e et 15e siècle apr. J.-C. Ce Maître, connu sous le nom ésotérique de Christian Rose+Croix, avait conclu une alliance avec l’Archange Michaël, qui lui révéla les plus grands secrets de la vie à travers le Mystère du feu. Ainsi est né le symbole de la rose au cœur de la croix, la rose représentant le feu de la beauté de Dieu, du Mystère caché dans toutes les manifestations de la nature.

Satan

Il ne faut pas voir dans ce nom ce que la superstition chrétienne en a fait. « Satan » vient du nom égyptien
« Seth », personnification du désert, de la mort, là où rien ne peut plus pousser. Ainsi, dans la vision essé- nienne du monde, Satan n'est rien de plus que l'être, certes sombre, qui vit sous la terre et dans le monde des hommes, conduisant vers la décomposition tous les déchets physiques, psychiques et spirituels, autrement dit, tout ce qui n'a pas été conduit vers la sagesse et l'éveil de la conscience. Seul ce qui est divin et éternel dans l'homme ne peut être soumis à la loi satanique universelle.

Satan est donc une bénédiction, un bon serviteur, comme disait Jésus, car il est la terre en décomposition
qui permet à toutes les semences divines de s'enraciner en elle pour s'élever et grandir jusqu'à devenir un arbre puissant et majestueux. Mais Jésus a dit aussi qu'il pouvait devenir une malédiction et un très mauvais maître si l'homme ne sait pas puiser une sagesse dans toutes ses expériences, aussi bien positives que néga- tives. Pour cela, l'homme doit être un éveillé, un sage qui ne laisse pas la décomposition entrer dans ses trois centres de conscience et d'action : la pensée, le sentiment, la volonté.

Serpent

Lorsqu’il ne désigne pas l’animal, synonyme de « Forces ».

Serpent de la Sagesse

Les Esséniens appellent ainsi le grand fluide cosmique, l'âme universelle que le Père a émanée de lui à l'ori- gine des temps pour que la création soit possible et que l'esprit et la matière puissent être unis dans une par- faite harmonie. Il est l'océan d'énergie primordial de la Mère divine qui baigne les mondes et les conduit vers le Père à travers le chemin, le fleuve de la sagesse. Il est souvent représenté comme un serpent de Lumière qui se dresse derrière la colonne vertébrale de tous les Maîtres et de tous les sages authentiques, car il veut maintenir pur et vivant ce lien sacré qui unit le Père et la Mère. Ainsi, il est le gardien des portes du monde invisible, veillant en permanence à ce que rien d'humain (la sphère du bien et du mal mélangés) ne puisse entrer dans les mondes supérieurs.

Serpent tentateur (ou destructeur) et Serpent de la Sagesse

Le serpent tentateur désigne la force destructrice qui vit aussi bien dans l’homme que dans la femme. À son plus bas degré, il se manifeste sous les formes grossières de la colère, de la convoitise, de la jalousie

; l’homme - et ce serpent qui est lui - est alors sous l’emprise de l’archange déchu connu sous le nom de Satan. Le sommet de ce serpent est la ruse, la diplomatie, l’éloquence, la politique, le faux savoir qui, sous couvert de philosophie, de justice, de religion ou même de spiritualité, ne font que justifier la bassesse de l’homme pour mieux l’illusionner et le contrôler. L’homme - et ce serpent qui a formé son « moi » est alors sous l’emprise de l’archange déchu connu sous le nom de Lucifer.

À l’inverse, le Serpent de la Sagesse est la grande force cosmique de l’équilibre qui maintient la cohésion
et l’harmonie des mondes visibles et invisibles. Les peuples premiers connaissent et vénèrent cette force comme la Mère divine, la grande intelligence qui vit et anime l’univers, la nature et tous les hommes bons et sages.

Le serpent tentateur n’est pas négatif en lui-même car il est la même énergie, la même force que le Ser-
pent de la Sagesse. Simplement, lorsque l’homme a « chuté » du monde divin, cette force primordiale qui l’animait et l’unissait à la Source - à travers toute une hiérarchie de créatures angéliques - s’est retrouvée enfermée dans un seul monde : le corps physique de l’homme. Ce dernier, alors privé de la pureté du monde divin et de la connaissance de ses lois sacrées, n’a pas su transmuter cette force en Lumière de sagesse, en joie et en bonheur intérieur libre. Alors, cette force est devenue aveugle et destructrice, cherchant par tous les moyens à retourner vers la source. Ainsi sont nés tous les vices de l’homme, comme un déchaînement de forces incontrôlées. Seuls les plus rusés des hommes ont appris à s’en servir sous des apparences trom- peuses, pour leur propre gloire, en écrasant les autres. C’est pourquoi on l’appelle « le tentateur » ou « le destructeur ».

Mais dans tous les cas, dans l’homme bête comme dans l’homme rusé, savant et parfois même spiritualiste, cette force est l’esclave d’intelligences supérieures coupées du Père, dont les intérêts dépassent toute com- préhension humaine ordinaire. C’est pourquoi les Maîtres esséniens sont venus sur la terre pour délivrer ce serpent de l’inconscience de l’homme en éveillant en lui le Serpent de la Sagesse par l’étude vivante et la pratique consciente et respectueuse des lois sacrées de la vie et de la mort.

Soleil caché

Ce Soleil caché est le Christ des Chrétiens des origines, l’Osiris des anciens Égyptiens ; c’est le corps et la conscience spirituels de l’humanité originelle dont chaque âme humaine est un rayon, une cellule, un organe. Ainsi, en retrouvant chacun leur juste place dans cet organisme universel, les humains correctement éduqués et formés pourront reconstituer le corps d’Osiris, le corps du Christ.

Temple

Le temple est d’abord à l’intérieur de l’Essénien : c’est l’initiation. Par l’initiation, un espace est créé qui de- vient sacré dans l’homme. C’est le lieu de l’étude, du travail sur soi et du service de la Lumière. Cet espace se décline ensuite à l’extérieur afin de pouvoir se renforcer et partager, à différents niveaux : le temple chez soi, la petite loge ou la grande loge, le Village Essénien. C’est une science transmise par l’Archange Gabriel à son peuple.

Le Temple est le lieu consacré au rapprochement entre les règnes visibles et les règnes invisibles divins. Il désigne aussi souvent le temple consacré à un Archange lors de sa célébration.

Terre d’Ouriel

Les Esséniens appellent « Terre d’Ouriel » le monde des concepts qui animent la pensée des hommes et déterminent leur façon de regarder le monde. C’est une terre et un monde invisibles et pourtant aussi réels que le monde visible que nous connaissons. C’est un inconscient collectif qui gouverne et détermine la vie et la destinée de tous les êtres humains, qu’ils en soient conscients ou pas. Ce monde doit être purifié car il a été usurpé et dénaturé par une poignée d’hommes qui ont ainsi fermé le ciel de l’humanité, conduisant tout ce qui existe dans une abstraction et une philosophie stériles.

Théurgie

La théurgieest l’art d’enfanter les Dieux jusque dans la réalité de la terre, à travers la célébration des Mys- tères divins. Dans un lointain passé, ces Mystères étaient célébrés à travers la mise en scène de certaines écritures et symboles sacrés qui étaient la matérialisation d’intelligences et de forces cosmiques dépassant tout entendement humain. En se concentrant sur ces écritures divines et en les activant à travers certains mouvements, danses, chants et paroles sacrés, les initiés parvenaient à incarner et à appeler des Divinités auxquelles l’homme d’aujourd’hui n’a plus accès.

Tradition

La Tradition désigne le corps subtil permettant à la Lumière de s’incarner dans le règne des hommes. La Tra- dition est honorée et régénérée par l’enseignement d’un Maître incarné. Si son successeur n’a pas d’alliance avec le monde divin, le corps qu’a pris la Tradition pour se manifester se cristallise et meurt, se transformant alors en pratique superstitieuse ou en intolérance religieuse.

Tradition des Fils du Soleil (ou Tradition essénienne)

La Tradition des Fils du Soleil, appelée aussi « Tradition essénienne », remonte à Énoch, son Père fonda- teur. Il est dit d’Énoch qu’il fut le premier homme à se redresser de la chute et à rétablir l’alliance avec les mondes supérieurs du Père, ouvrant ainsi un chemin de libération à tous les règnes de la Mère.
Énoch traça sur la terre le cercle de la Lumière en créant l’École des Mystères comme centre de la vie et
de la force nouvellesd’un nouveau peuple, le peuple des Enfants de la Lumière. Dans cette École, dans ce peuple, étaient invités tous les êtres qui, avec un cœur et une intention purs, étaient prêts à étudier les grands mystères de la vie et à devenir les serviteurs d’un monde supérieur pour le bien de tous les êtres.

Énoch engendra ainsi une lignée d’hommes et de femmes gardiens de la Tradition et du peuple de la Lu- mière sur la terre. Dès lors, la vocation suprême, la raison d’être au monde de cette tradition éternelle fut - et demeure encore aujourd’hui - de maintenir et de créer de siècle en siècle toutes les bonnes conditions pour que des grands Maîtres comme Énoch puissent venir sur la terre. Car seuls ces grands Maîtres sont capables d’équilibrer les mondes et de faire en sorte que l’humanité ne bascule pas définitivement dans les ténèbres de l’ignorance et de la destruction. L’histoire le prouve abondamment...
Les Esséniens ont appelé ces êtres exceptionnels les Fils et les Filles du Soleil car ils étaient nés une seconde fois dans un monde divin qui seul peut apporter les réponses à tous les problèmes de l’humanité.

Usurpateur

C'est l'intelligence supérieure du mal.
« Usurpateur » est le nom donné par l’Archange Michaël à l’être qui a créé le monde de l’homme dans le but caché - mais de plus en plus dévoilé - de mettre en esclavage tous les règnes de la nature, y compris l’homme, afin que ce dernier prenne la place de Dieu et l’empêche de se manifester.
Le Maître Jésus l’a très bien défini à travers cette parole adressée aux prêtres et aux politiciens -les repré- sentants de l’État et de la religion juive et de leurs égrégores -, ceux qui gouvernent le monde : « Vous êtes du diable, votre père. Il est menteur, père du mensonge, premier homicide. Vous dites que je suis le fils de Joseph, le charpentier alors que je suis Fils de Dieu. »
L’usurpateur est celui qui usurpe, c’est-à-dire celui qui prend la place du Divin dans l’homme et crée tout un monde, même spirituel, afin que l’homme demeure passif et ne prenne pas sa destinée et celle de la terre en mains. L’usurpateur est le maître et le père de toute une hiérarchie d’intelligences non divines qui luttent contre le monde divin et son avènement dans les consciences humaines. Lucifer et Satan, par exemple, sont des archanges déchus au service de l’usurpateur.

Vestale

Prêtresse essénienne. Les vestales font partie de l’Ordre de la Prêtrise de la Nation Essénienne.

Village Essénien

Les Esséniens ne sont pas des croyants mais des pratiquants. Ils se sont toujours assemblés en village pour vivre selon leur culture et dans le respect de la Mère-Terre. Aujourd’hui, les Villages Esséniens ne sont pas des parcs pour préserver une nature sauvage, mais des lieux vivants dans lesquels l’homme apprend à vivre en accord, en harmonie, en dialogue avec la Mère. C’est une nouvelle façon d’être au monde. C’est un projet ambitieux, une réalisation grandiose.

Trois Villages Esséniens ont déjà vu le jour : l’un en France, un second au Gabon et un troisième au Québec.

Voir les commentaires

Ne laissez pas votre chirurgien vous transformer en femme.

Publié le par Nocif

Voir les commentaires

Pour ceux qui s'intéressent encore à la nature "des choses", une autre approche de la botanique de l'excellent et ingénieux Paul Moray.

Publié le par Nocif

link (fichier pdf)

Voir les commentaires

Un des chemins qui mène à la liberté de l'esprit et de l'équilibre de l'être passe aussi par...

Publié le par Nocif

 

un habitat vernaculaire et débarrassé du cubisme robotique despotique, industrialisé, standardisé, que l'on nous impose pour réduire nos sensibilités et vider notre porte-feuilles. 

 

link 

 

Voir les commentaires

fallait le dire sur les écrans plats, que le cowboy était fluorescent la nuit?..

Publié le par Nocif

link

Présence dans le tabac

Du fait de l’utilisation d’engrais à base d'apatites, le tabac contient du 210Po. La fumée inhalée ou exhalée par les fumeurs contient une proportion infime mais déjà potentiellement dangereuse de polonium7, de l'ordre de 5 à 10 µSv (micro Sv) par cigarette8.

On estime qu'1 % des cancers du poumon aux États-Unis sont causés par le polonium-2109, du fait de l'effet des faibles doses d'irradiation cumulées par les fumeurs. Cette estimation repose cependant sur une extrapolation aux faibles doses, dont l'impact réel est très mal connu, de l'effet des fortes doses par une modélisation linéaire sans seuil.

À la suite de la découverte du polonium dans la fumée de cigarettes au début des années 196010,11, les grands fabricants américains se sont penchés sur des méthodes susceptibles de réduire les quantités présentes, allant dans le cas de Philip Morris jusqu'à développer le premier laboratoire capable de mesurer de façon fiable les doses libérées. En dépit de résultats internes favorables indiquant que la présence de polonium était deux à trois fois inférieure aux premières estimations12, la décision fut prise par les avocats de la compagnie de ne pas publier cette information, le risque en termes de relations publiques et de procès étant perçu comme très supérieur aux bénéfices d'une telle annonce13. En outre, les diverses tentatives menées par les compagnies pour diminuer la présence du polonium dans les plants se révélaient insatisfaisantes14,15,16. Communiquer sur ce sujet risquait, selon ces responsables, de "réveiller un géant endormi" en générant une nouvelle controverse17,16.

Voir les commentaires

La chimio ou plutôt le génocide chimique en expérimentation pérpétuelle.

Publié le par Nocif

Voir les commentaires

Nous vivons plus longtemps!.. Mais, où sont donc passés tous ces vieux, qui dans mon enfance, assis sur une chaise depuis le seuil de leur maison, nous regardaient jouer?

Publié le par Nocif

-Dans des laboratoires que l'on ose appeler "maison de repos".

 

link

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 > >>